Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Ecriture inclusive : "Le seul arbitre, c'est l'usage et c'est l'Académie française", juge le ministre de l'Education

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Ecriture inclusive : le seul arbitre c'est l'usage et c'est l'Académie française
LCP / FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Jean-Michel Blanquer est intervenu lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, mercredi.

"Le seul arbitre, c'est l'usage et c'est l'Académie française." Le ministre de l'Education nationale est entré de plain-pied dans le débat sur l'écriture inclusive, prônée par une partie des féministes. Jean-Michel Blanquer est intervenu lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale mercredi 15 novembre pour donner son sentiment et des précisions concernant son ministère.

"Il n'y a qu'une langue, une République"

"La ministre de la Culture a en charge la politique linguistique du gouvernement, j'ai en charge la transmission aux élèves, je serai donc bien entendu vigilant pour qu'il n'y ait qu'une grammaire, comme il n'y a qu'une langue, une République", assure la ministre, répondant à une question d'une députée.

Après avoir créé de vives réactions sur les réseaux sociaux, l'écriture inclusive est désormais au centre de discussions politiques en France. Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, a elle aussi pris part au débat, jugeant l'enseignement de l'écriture inclusive "problématique".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.