Le pass sanitaire sera nécessaire pour accéder aux fêtes étudiantes, annonce Frédérique Vidal

Il faudra également respecter une jauge d'affluence équivalente à 75% de la capacité d'accueil du lieu. Le port du masque sera recommandé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, à la sortie du Conseil des ministres, le 8 septembre 2021, à Paris. (DANIEL PIER / NURPHOTO / AFP)

Alors qu'une partie des étudiants a repris les cours, et que les autres s'apprêtent à le faire, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a dévoilé de nouvelles règles sanitaires, dans une interview à 20 minutes, jeudi 9 septembre. Les soirées étudiantes et événements d'intégration devront être autorisés par le chef d'établissement et le pass sanitaire sera nécessaire pour y accéder.

Il faudra également respecter une jauge d'affluence équivalente à 75% de la capacité d'accueil du lieu. Le port du masque sera recommandé.

La ministre rappelle par ailleurs que "chaque site universitaire ou grande école sera doté d’un centre de vaccination en son sein ou à proximité". Mais, comme annoncé, le pass sanitaire ne sera pas demandé pour se rendre en cours.

Si un étudiant est contaminé, la règle sera similaire à celle en vigueur dans les collèges et lycées. Il devra s'isoler et "pourra suivre ses cours à distance", assure Frédérique Vidal. Les étudiants considérés comme cas contact devront également rester chez eux, sauf s'ils sont vaccinés.

Un plan contre les violences sexuelles en octobre

Dans cette interview, Frédérique Vidal évoque également la question des violences sexuelles et sexistes dans les établissements de l'enseignement supérieur ainsi que celles ayant lieu en marge de la vie étudiante. "J’annoncerai début octobre un plan national", affirme la ministre.

"Il comprendra des mesures pour multiplier des lieux d’accueil des victimes, prévoir un accompagnement juridique et psychologique systématique pour chacune d’elles, et mieux former les personnes chargées de les accompagner au sein des établissements", détaille Frédérique Vidal.

Cette dernière souhaite notamment aider les établissements "à monter des dossiers juridiques pouvant justifier la prononciation de mesures disciplinaires, même si l’agression a eu lieu à l’extérieur de l’établissement lors d’une soirée festive, et même lorsque la victime n’a pas déposé plainte".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.