Covid-19 à l'école : les "promesses insuffisantes" de Jean-Michel Blanquer "même pas concrétisées", déplorent des enseignants du Val-d'Oise

Après la manifestation de jeudi, le ministre avait annoncé des recrutements pour pallier les absences liées au Covid-19 et la livraison de masques FFP2. À Cergy, ces moyens se font toujours attendre.

Article rédigé par
Elie Abergel - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une école élémentaire à La Rochelle. (LISE DUSSAULT / RADIO FRANCE)

Les annonces gouvernementales n'ont pas d'effet baguette magique sur l'école élémentaire du Hazay, à Cergy (Val-d'Oise). Deux enseignants malades du Covid-19 manquent à l'appel lundi 17 janvier, explique le directeur Olivier Flipo, délégué Unsa du Val d'Oise : "Comme il n'y a pas de remplaçant, je suis obligé de fermer ces deux classes et de demander aux familles de garder leur enfant, 56 élèves sont concernés." Au dernier pointage, vendredi, 14 380 classes étaient fermées en raison de l'épidémie, un record depuis le printemps 2020.

À l'issu d'une journée de grève très suivie des personnels de l'éducation jeudi, Jean Michel Blanquer avait promis 8 000 remplaçants pour éviter les fermetures de classes. "Je ne vois pas comment ils peuvent faire", interroge Emmanuel Vilain, lui aussi enseignant à l'école élémentaire du Hazay de Cergy. Le renfort tant espéré ne court pas les rues, alerte-t-il.

"Avant le Covid, il y avait déjà des tas de problèmes de remplaçants, une crise de recrutement. Donc je n'arrive pas à croire qu'en une semaine, on puisse recruter des gens et les mettre dans les écoles."

Emmanuel Vilain, enseignant

à franceinfo

L'autre sujet de préoccupation du corps enseignant, ce sont les cinq millions de masques FFP2 annoncés par le gouvernement. Jérémy Rousset, le porte parole du syndicat Snuipp-FSU, dans la Loire et directeur d'ecole maternelle à Saint-Etienne, les attend toujours : "Aucun masque n'est arrivé à l'école pour l'instant. Toutes les promesses qui ont été faites pour le moment restent à l'état de promesses. Elles étaient déjà insuffisantes, là elles ne sont même pas concrétisées."

Aucune date pour l'arrivée des premiers masques n'a été communiquée à ce directeur d'école maternelle. Jean Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, assure que les masques doivent arriver dans les tout prochains jours et leur livraison s'échelonner juqu'à la fin du mois.

Le Snes-FSU appelle à une nouvelle journée de mobilisation jeudi 20 janvier. Sophie Vénétitay, secrétaire générale du syndicat et professeur dans l'Essone, veut maintenir la pression sur le gouvernement : "On a vu que les lignes commençaient à bouger, qu'il y avait une porte qui était entrouverte. Puis certaines annonces étaient faites, mais il manque encore quelques éléments. Il faut maintenant ouvrir la porte en grand, à la fois sur des éléments sanitaires et des éléments pédagogiques."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.