Vidéo Mort d'un policier à Avignon : Clémentine Autain regrette le "registre guerrier, très viril" de Gérald Darmanin

Publié
Article rédigé par
Radio France

"Est-ce qu'on peut réfléchir à ce qui peut être efficace en termes de santé publique ?", a interrogé la députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis.

"Je n'aime pas le vocabulaire utilisé par monsieur Darmanin, de 'guerre', de 'soldats'. Ce sont des policiers républicains", a déclaré jeudi 6 mai sur franceinfo Clémentine Autain, députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis et tête de liste aux élections régionales en Île-de-France. Le ministre de l'Intérieur a évoqué la "guerre" contre les trafics de stupéfiants, menée par des "soldats" après la mort mercredi d'un policier lors d'une intervention à Avignon pour arrêter des dealers. Elle dénonce "le registre guerrier, très viril" du ministre.

>> Policier tué à Avignon : suivez la situation en direct

"Bien sûr qu'il faut gagner. C'est juste le registre guerrier, très viril qui peut impressionner, mais je ne suis pas sûre qu'il soit le plus efficace. Est-ce qu'on peut réfléchir à ce qui peut être efficace en termes de santé publique ?", s'est interrogée Clémentine Autain.

"Il faut que le gouvernement accepte de réviser la doctrine qu'il a aujourd'hui puisque visiblement, elle n'est pas efficace."

Clémentine Autain

à franceinfo

"Je suis élue de Sevran, Villepinte et Tremblay. Donc la question du deal, je la vois malheureusement de près. Je sais la difficulté des policiers à arriver à bout de cette affaire, la place du trafic dans la vie quotidienne des habitants et il faut qu'on arrive à sortir de là en étudiant toutes les solutions", a estimé la députée. Pour l'élue de Seine-Saint-Denis, il est urgent de lancer le débat sur la dépénalisation du cannabis : "Je vois que grandit l'enjeu de la dépénalisation du cannabis comme proposition pour justement casser les trafics. Il faut aujourd'hui qu'on ouvre ce débat", propose-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.