Simone Veil : son entrée au Panthéon, un choix politique ?

Nathalie Saint-Cricq revient sur la décision d'Emmanuel Macron de faire entrer Simone Veil au Panthéon.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Y a-t-il une dimension politique dans la décision de faire entrer Simone Veil au Panthéon ? "Oui, mais au sens noble du terme, pas au sens politicien. On l'a vu, Simone Veil, ce sont trois combats, toujours contemporains. Il y a celui de la mémoire et de la vigilance face au tragique de l'Histoire, aussi celui du droit des femmes et puis celui de l'Europe, au nom de la paix et d'un idéal qui transcende le repli ou la haine de l'autre. Des symboles que Simone Veil incarnait et qu'Emmanuel Macron revendique", estime Nathalie Saint-Cricq.

Conforme à l'émotion des Français

Et d'ajouter : "Il y a donc une forme d'évidence dans cette décision. Mais là où des commissions statuaient pour choisir l'élu de la nation, lui, il a choisi seul et vite. Cela traduit aussi ce que doit être pour lui le Panthéon : un temple laïc de la République où se joue la mémoire vivante d'un pays. C'est certes une décision consensuelle, en conformité avec l'émotion et avec l'opinion des Français, mais c'est aussi ce que la politique peut nous réserver de mieux."

Le JT
Les autres sujets du JT
Simone Veil, le 1er mai 1979 à Paris.
Simone Veil, le 1er mai 1979 à Paris. (AFP)