Attentats de Paris : "On est bien au-delà de la faille sécuritaire" (David Thomson)

Un assaut du Raid contre des terroristes retranchés dans un appartement du centre de Saint-Denis a été lancé à 4h20 mercredi matin. Parmi les cibles, Abdehlamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques de Paris. La présence du "visage le plus connu du djihad francophone" à Saint-Denis serait une énorme "faille sécuritaire" selon David Thomson, journaliste à RFI et spécialiste du djihadisme.

(David Thomson, journaliste à RFI, spécialiste du djihadisme © RF)

Depuis 4h20 ce mercredi matin, policiers et militaires sont mobilisés pour déloger plusieurs suspects retranchés dans un appartement du centre de Saint-Denis. L'opération, toujours en cours, aurait fait deux morts parmi les terroristes. Parmi les cibles, un nom ressort, celui de Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques du 13 novembre à Paris. Mais, pour le moment, on ne sait pas s'il était bien présent.

Si l'information de sa présence est confirmée, "on est bien au-delà de l'étonnement et de la faille sécuritaire ", reconnaît le journaliste David Thomson, journaliste et spécialiste du djihadisme. "Il faut bien comprendre qui est cet homme. C'est le visage le plus connu du djihad francophone. Son visage s'affichait l'année dernière pendant plusieurs jours en permanence sur toutes les chaînes d'info en France. C'est quelqu'un qui en 2013 et 2014, sur sa propre page Facebook, sous sa vraie identité, postait des vidéos de lui sur le front syrien, lance-roquettes à la main, pour appeler les gens à le rejoindre."

Ce scénario est ce que les autorités françaises "redoutaient depuis des mois " et montre que les services de renseignement sont "totalement submergés aujourd'hui ", indique David Thomson. "Les services étaient tout à fait conscients que cette situation risquait de se produire aujourd'hui. Ils font ce qu'ils peuvent avec les moyens qu'ils ont. On est face à une situation, en termes numériques, qui est d'une ampleur inégalée dans toute l'histoire du djihad contemporain ."