Pièces à conviction, France 3

VIDEO. Des SMS qui ébranlent les autorités monégasques dans l'affaire qui oppose le milliardaire Rybolovlev au marchand d'art Bouvier

A l’été 2017, un scandale éclate, qui ternit l'image du Rocher. Au cœur de l’affaire, le milliardaire russe Dimitri Rybolovlev, en conflit avec un marchand d’art suisse. Et dans le viseur de la justice, un ancien préfet, des policiers et un commissaire principal monégasques. Ils échangeaient des SMS compromettants avec Tetiana Bersheda, l’avocate de l’oligarque russe… Extrait de "Monaco : qui fait la loi sur le Rocher ?", une enquête diffusée dans "Pièces à conviction" le 4 juillet 2018.

Voir la vidéo
Pièces à conviction/France3

A l’été 2017, un scandale éclabousse l'image du Rocher monégasque et bouscule les plus hautes personnalités de la principauté. L’histoire commence en février 2015. En dix ans, le marchand d’art suisse Yves Bouvier a vendu à l’homme d’affaires russe Dimitri Rybolovlev, également propriétaire de l’AS Monaco, des toiles de maîtres et des sculptures pour 2 milliards d’euros. Il assure que l’oligarque lui doit 50 millions d’euros. Ce que le marchand d’art ignore, c’est que le Russe a porté plaine contre lui : il l’accuse d’avoir surfacturé des tableaux, estimant l’escroquerie à 1 milliard d’euros. Mis en examen, le marchand d’art serait-il tombé dans un piège ?

Dans sa procédure contre Yves Bouvier, le milliardaire russe gagne la première manche. Mais l’enquête va se retourner contre lui à cause de sa plus proche collaboratrice, Tetiana Bersheda. Cette Ukrainienne de 34 ans qui vit entre la Suisse et Monaco est l’avocate de Dimitri Rybolovlev, et comme le milliardaire ne parle que le russe, elle tient aussi auprès de lui le rôle d’interprète et d’intermédiaire.

Des messages "établissent une collusion entre certains policiers, certains membres du gouvernement et Dimitri Rybolovlev"

Le juge d’instruction chargé de l’enquête s’appelle Edouard Levrault. Il saisit le portable de Tetiana Bersheda et en extrait des milliers de SMS qu’elle croyait avoir effacés. Elle échange notamment avec deux responsables de la police judiciaire mais aussi avec le directeur des services judiciaires monégasque, l’équivalent du ministre de la Justice. Certains messages laissent à penser que l’enquête de police aurait favorisé Dimitri Rybolovlev dans le cadre de son conflit avec le marchand d’art, Yves Bouvier.

Pour Franck Michel, avocat d’Yves Bouvier, "le juge procède à une expertise et cette expertise met au jour un certain nombre de messages téléphoniques dont certains sont très compromettants et établissent une collusion entre certains policiers, certains membres du gouvernement et Dimitri Rybolovlev, par l’intermédiaire de son avocate"

Extrait de "Monaco : qui fait la loi sur le Rocher ?", une enquête de "Pièces à conviction" diffusée le 4 juillet 2018.

PIECES A CONVICTION / FRANCE 3
PIECES A CONVICTION / FRANCE 3 (PIECES A CONVICTION / FRANCE 3)