Les politiques sont traités "moins sévèrement" par la justice que les simples citoyens, selon 62% des Français

Après la condamnation de Nicolas Sarkozy, seuls les électeurs LR sont majoritairement en désaccord avec cette affirmation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, le 1er mars 2021 au tribunal judiciaire de Paris. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Une majorité de Français (62%) pense que les personnalités politiques sont traitées "moins sévèrement" par la justice que les simples citoyens, selon un sondage de l'Ifop pour Le Journal du dimanche, une semaine après la condamnation de Nicolas Sarkozy dans l'affaire des "écoutes". Seulement 12% des personnes interrogées considèrent que les personnalités politiques sont traitées "plus sévèrement" que les simples citoyens. Pour 26%, elles ne le sont "ni plus, ni moins sévèrement".

Cette appréciation varie fortement en fonction de l'appartenance politique des sondés. Chez les sympathisants des Républicains, le parti de Nicolas Sarkozy, ils ne sont que 19% à penser que les personnalités politiques sont traitées "moins sévèrement" que les simples citoyens, contre 79% chez les Verts, 75% chez LFI, 73% au PS, 70% au RN et 56% chez LREM.

En réponse à une autre question sur Nicolas Sarkozy, condamné à trois ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour "corruption", les Français sont 22% à estimer que l'ancien président est traité par la justice "moins bien qu'un simple citoyen" et 28% "comme un simple citoyen". Un Français sur deux (50%) considère que Nicolas Sarkozy est traité par la justice "mieux qu'un simple citoyen", un avis partagé par seulement 14% des sympathisants des Républicains.

Enquête réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 4 au 5 mars 2021, auprès d'un échantillon de 1 012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur comprise entre 1,4 et 3,1 points.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.