Le procès pour "corruption" et "trafic d'influence" de Nicolas Sarkozy dans l'affaire des écoutes aura lieu du 5 au 22 octobre

La justice avait définitivement validé son renvoi devant le tribunal correctionnel en juin 2019, rejetant son dernier recours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, lors d'un match de football au Parc des Princes, à Paris, le 14 septembre 2019. (GONZALO FUENTES / REUTERS)

Le premier procès pour "corruption" d'un ancien président de la Ve République, Nicolas Sarkozy, aura lieu du 5 au 22 octobre 2020, a annoncé le tribunal correctionnel de Paris, mercredi 8 janvier. Il est également renvoyé devant la justice pour "trafic d'influence". Son avocat Thierry Herzog et l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert seront également jugés dans ce procès lié à l'affaire des écoutes, pour ces mêmes faits mais aussi pour "violation du secret professionnel". Leur renvoi avait été annoncé en mars 2018, et leurs derniers recours avaient été rejetés en juin 2019.

Une affaire qui date de 2014

Nicolas Sarkozy est soupçonné d'avoir tenté d'obtenir début 2014, par l'entremise de son avocat Thierry Herzog, des informations secrètes auprès de l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert, dans une procédure concernant la saisie de ses agendas en marge de l'affaire Bettencourt (soldée pour lui par un non-lieu en 2013) et ce, en échange d'un coup de pouce pour un poste à Monaco.

L'ancien président avait renoncé à cette démarche au dernier moment, toujours d'après ces interceptions. Pour les enquêteurs, ce revirement peut s'expliquer par le fait que l'ex-président et Thierry Herzog venaient d'apprendre que leurs téléphones secrets étaient sur écoute.

Nicolas Sarkozy ne sera pas le premier ancien président de la Ve République à être jugé : Jacques Chirac avait été jugé et condamné en 2011 pour "détournements de fonds publics", dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.