Nicolas Sarkozy renvoyé en correctionnelle pour "corruption" et "trafic d'influence" dans l'affaire des écoutes

L'ancien chef de l'Etat est soupçonné, avec son avocat Thierry Herzog, d'avoir tenté d'obtenir de la part d'un magistrat des informations couvertes par le secret de l'instruction lors de l'affaire Bettencourt, dans laquelle il a bénéficié d'un non-lieu.

L\'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le 1er octobre 2016 aux Sables-d\'Olonne (Vendée).
L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le 1er octobre 2016 aux Sables-d'Olonne (Vendée). (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Nouveaux déboires pour Nicolas Sarkozy. L'ancien président de la République a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour "corruption" et "trafic d'influence" dans l'affaire dite des écoutes, a indiqué jeudi 29 mars à France Télévisions une source proche du dossier, confirmant une information du Monde.

L'ancien chef de l'Etat est soupçonné, avec son avocat Thierry Herzog, d’avoir tenté d'obtenir de la part de Gilbert Azibert, alors magistrat, des informations couvertes par le secret de l'instruction lors de l'affaire Bettencourt, dans laquelle il a bénéficié d'un non-lieu. En échange de ses services, Nicolas Sarkozy lui aurait promis d'user de son influence pour lui obtenir une nomination à un poste de prestige à Monaco.

Nicolas Sarkozy va contester cette décision

Thierry Herzog et Gilbert Azibert sont également renvoyés en correctionnelle pour "corruption" et "trafic d'influence".

Nicolas Sarkozy va contester ce renvoi en correctionnelle, ont indiqué ses avocats dans un communiqué. "Nicolas Sarkozy fera valoir ses droits en saisissant la chambre d'instruction, en attendant sereinement le résultat de la requête en nullité. Il ne doute pas qu'une fois encore, la vérité finira par triompher", écrivent Pierre Haïk et Jacqueline Laffont.

La requête en nullité, visant à faire annuler la procédure, sera examinée par la chambre d'instruction le 25 juin prochain, précisent les avocats, qui s'étonnent de recevoir au même moment une ordonnance de renvoi en correctionnelle et une convocation devant la chambre de l'instruction.