Station spatiale internationale : le mystère demeure sur le trou découvert sur la capsule Soyouz

Un trou de deux millimètres a été découvert en août sur la capsule. La Nasa et Roscosmos cherchent à déterminer l'origine du dommage mais ne privilégient pas la piste d'un acte malveillant. 

La Station spatiale internationale vue depuis la navette Discovery, le 5 novembre 2017.
La Station spatiale internationale vue depuis la navette Discovery, le 5 novembre 2017. (HO / NASA / AFP)

Le mystère reste entier. Un petit trou a été découvert le mois dernier sur la paroi d'une capsule Soyouz arrimée à la Station spatiale internationale. Désormais, la Nasa cherche à démentir la rumeur selon laquelle un sabotage serait en cause, jeudi 4 octobre. Certains médias avaient interprété en ce sens des propos de Dimitri Rogozine, directeur général de l'agence spatiale russe Roscosmos.

"Cette conclusion ne signifie pas nécessairement que le trou a été créé intentionnellement ou avec une intention malveillante", a déclaré l'agence spatiale américaine, dans une brève déclaration publiée par son siège à Washington. "Il s'agit d'un problème isolé qui n'affecte pas absolument pas la production future."

"Nous allons trouver" l'explication, promet la Nasa

Roscosmos et la Nasa ont chacune ouvert leur propre enquête sur le trou de deux millimètres de diamètre détecté fin août sur la paroi extérieure d'une capsule russe Soyouz amarrée à la station spatiale. Des opérateurs au sol avaient auparavant signalé de légères baisses des niveaux de pression. La fuite a été depuis réparée. L'équipage, composé de trois astronautes américains, de deux cosmonautes russes et d'un allemand, n'a jamais été en danger, indiquent les autorités.

Personne ne dit, et certainement pas la Nasa, que c'était délibéré.Megan Powers, porte-parole de la NASA

Dimitri Rogozine avait précédemment évoqué la possibilité d'un acte délibéré dans les propos rapportés par l'agence de presse russe RIA Novosti. Selon l'agence, il avait affirmé qu'il était apparu qu'un percement avait été foré par une "main incertaine", laissant du métal raclé autour du trou. Mais selon la Nasa, l'hypothèse d'un dommage intentionnel découle d'une "traduction approximative" par certains médias occidentaux des commentaires de Dimitri Rogozine.

Selon Megan Powers, un dommage causé intentionnellement reste l'une des nombreuses possibilités encore à l'étude, mais "nous ne pensons pas que ce soit la conclusion la plus probable". Elle a également déclaré que l'agence spatiale était convaincue que l'origine du trou serait finalement expliquée. "Nous allons trouver la raison et nous allons révéler la raison quelle qu'elle soit." La Nasa a d'ailleurs annoncé qu'une sortie dans l'espace était prévue pour novembre afin de rassembler plus d'informations.