Espace : SpaceX met en orbite un nanosatellite francilien

Une fusée SpaceX a décollé de cap Canaveral, aux États-Unis. À son bord, 143 satellites dont l’objectif est d’obtenir des réponses rapides sur les questions climatiques. Parmi eux, le premier satellite d’une nouvelle filière scientifique française.

franceinfo

Lancement réussi, dimanche 24 janvier, pour une fusée SpaceX. Partie de cap Canaveral, en Floride, elle emmène 143 satellites qui seront ensuite placés sur différentes orbites dans l’espace. L’un d’eux a été fabriqué à Versailles, dans les Yvelines. Nommé USVQ-Sat, le cube d’à peine dix centimètres de hauteur, pèse moins de deux kilos. Ce qui fait de lui un nanosatellite. Actuellement à 550 kilomètres de la Terre, il observe les rayonnements du Soleil et leur réverbération sur la Terre, mais aussi toute la chaleur émise par la planète et qui reste prisonnière dans l’atmosphère. 

Éclairer les scientifiques

Ces données permettront d’éclairer les scientifiques sur le réchauffement climatique. "Un des intérêts de ces mesures, c’est que l’on peut imaginer, à un moment, avoir une constellation, c’est-à-dire un ensemble de satellites (...) pour pouvoir nous donner une information en temps réel des flux émis par la Terre", explique Mustapha Meftah, responsable scientifique pour la mission USVQ-Sat.


Le JT
Les autres sujets du JT
Une fusée Falcon 9 de SpaceX décolle de Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis) . Photo d\'illustration
Une fusée Falcon 9 de SpaceX décolle de Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis) . Photo d'illustration (PAUL HENNESSY / NURPHOTO / AFP)