Variole du singe : un premier cas d'infection confirmé en France, annoncent les autorités sanitaires

Ce premier cas français avait été recensé jeudi en région parisienne. Il s'agit d'un homme de 29 ans sans antécédent de voyage dans un pays où circule le virus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministère de la Santé à Paris, le 10 juin 2021. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

Le virus est bel et bien sur notre territoire. Un premier cas de variole du singe a été confirmé par la direction générale de la santé (DGS), vendredi 20 mai. Il avait été recensé en Ile-de-France. Il s'agit d'un homme de 29 ans sans antécédent de voyage dans un pays où circule le virus, ont précisé les autorités sanitaires. Dès la suspicion de son infection, cette personne a été prise en charge et, en l'absence de gravité, est isolée à son domicile.

La variole du singe, habituellement cantonnée à certaines régions d'Afrique, a fait son apparition en Europe et en Amérique du Nord. Plus d'une trentaine de cas ont été confirmés en Espagne, au Portugal, au Royaume-Uni, en Suède, au Canada et aux Etats-Unis, selon les autorités sanitaires des pays concernés.

>> Cinq questions sur les dizaines de cas avérés en Europe et en Amérique du Nord

La maladie se caractérise par des symptômes similaires à ceux provoqués par la variole autrefois. Mais elle est moins grave, assure l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans un premier temps, le patient infecté subit une fièvre, de forts maux de tête, des douleurs musculaires, une inflammation des ganglions lymphatiques caractéristique, des maux de dos et une grande fatigue. Puis des boutons apparaissent, d'abord sur le visage, puis dans les paumes des mains et sur les plantes des pieds. Les muqueuses buccales, les parties génitales et la cornée peuvent aussi être touchées par cette importante éruption cutanée. La disparition des symptômes prend, dans la majorité des cas, deux à trois semaines, explique l'OMS.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.