Cet article date de plus de quatre ans.

Le parquet classe sans suite une plainte contre une campagne de prévention du Sida

Des habitants de Laval (Mayenne) avaient déposé plainte pour "diffusion d'un message violent ou pornographique contraire à la dignité, accessible à un mineur".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La dernière campagne de l'association Aides, diffusée depuis le 23 novembre 2016. (AIDES)

Plainte rejetée. Le parquet a classé sans suite les plaintes de riverains qui ne voulaient pas voir la campagne de lutte contre le sida de l'association Aides, à Laval (Mayenne), selon les informations publiées, vendredi 10 février, par France Bleu Mayenne.

Sur ces affiches s'étalaient de grandes photographies en noir et blanc montrant des couples dénudés, hétérosexuels ou homosexuels, en train de danser ou d'apprendre le piano, assorties du slogan : "Les séropositifs sous traitement ont beaucoup de choses à nous transmettre. Mais pas le virus du sida."

Les locaux de l'association vandalisés

Cette campagne nommée "Révélation", volontairement "subversive", avait été lancée par Aides, en novembre 2016, après le retrait d'une autre campagne de prévention du VIH imposé par certains maires. A Laval, des voisins des locaux de l'association avaient déposé trois plaintes, en janvier, pour "diffusion d'un message violent ou pornographique contraire à la dignité, accessible à un mineur". Un délit passible de trois ans de prison et 75 000 euros d'amende. Les locaux lavallois d'Aides avaient été la cible de jets de peinture, déversée sur les affiches incriminées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sida

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.