Santé : une femme décédée, sa sœur dénonce de graves défaillances de l’hôpital

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Santé : une femme décédée, sa sœur dénonce de graves défaillances de l’hôpital
Santé : une femme décédée, sa sœur dénonce de graves défaillances de l’hôpital Santé : une femme décédée, sa sœur dénonce de graves défaillances de l’hôpital (France info)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Y a-t-il eu négligence ? Cela fait des mois qu’une Irlandaise de 63 ans se refait le scénario. Après avoir perdu sa sœur, décédée après avoir été mordue par un chien, elle dénonce le fait que les hôpitaux de Cannes et de Grasse (Alpes-Maritimes) n’ont pas bien assez pris en compte son état de santé.

Il y a un an et demi, Frances Sheeran se fait mordre par un chien. Son état se dégradant rapidement, sa sœur la retrouve aux urgences de Cannes (Alpes-Maritimes). "Elle était dans un état affreux, mais on l'a laissée. Je n'ai pas vu ce qu'ils ont fait, mais ils n'ont peut-être pas soigné comme il faut", raconte Thérèse. Elle insiste auprès du personnel soignant sur l'urgence de fournir des antibiotiques à sa sœur. "J'ai eu un docteur au téléphone (...) et il m'a dit : 'Votre sœur, son sang, il est mauvais'". 

Les urgences de Cannes évoquent des "accusations médiatiques"

Il assure que les antibiotiques ne sont pas nécessaires, et Frances sort des urgences en pleine nuit. Son état empire. "Elle n'arrivait plus à parler, et quand je mettais la température dans sa bouche, elle ne pouvait pas ouvrir sa bouche." Elle est de nouveau conduite à l'hôpital le lendemain, cette fois à Grasse (Alpes-Maritimes). Mais l'urgence de sa situation n'est toujours pas prise en compte, d'après Thérèse. Sa sœur l'appelle à une heure du matin. C'est la dernière fois qu'elle lui parlera. Contacté, l'hôpital de Grasse dit respecter le secret médical, tandis que les urgences de Cannes évoquent des "accusations médiatiques" et affirment tenir à la disposition de la justice tous les éléments qu'elle a en sa possession.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.