Vote numérique : la France à la traîne ?

Le second tour des municipales aura lieu le 28 juin si l'épidémie ne progresse pas. 5 000 communes sont concernées et pour éviter une abstention record, certains brandissent la solution du vote numérique.

France 2

Délaisser l'isoloir au profit de son ordinateur pour choisir son candidat, avec le Covid-19 et les risques de contamination, certains Français semblent tentés par le vote numérique. "Je pense qu'on serait plus en sécurité qu'au premier tour", assure une électrice. Voter par Internet, c'est ce que souhaite dès juin prochain pour le second tour des municipales plusieurs chefs de partis, ainsi que certaines associations de maires.

La Norvège et la Suisse l'ont abandonné 

"On le fait dans le secteur de la banque, on le fait pour beaucoup d'achats. Saisissons-nous de cette question pour avancer à grands pas et pour assurer une meilleure participation", assure Christophe Bouillon, le président de l'Association des maires de petites villes. L'une des rares expériences de vote numérique déjà menée concerne les primaires de la droite en 2016. 55 000 Français de l'étranger ont participé à ce scrutin via Internet. Le risque serait une ingérence étrangère ou des hackers. La Norvège et la Suisse ont abandonné le vote numérique, car il ne favorisait pas la participation.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans un bureau de vote à Lyon, le 15 mars 2020, pour le premier tour des élections municipales.
Dans un bureau de vote à Lyon, le 15 mars 2020, pour le premier tour des élections municipales. (JEFF PACHOUD / AFP)