VIDEO. Rues et gares désertes, circulation minimum : Wuhan, épicentre du nouveau coronavirus, transformée en ville fantôme

La ville chinoise compte quelque 11 millions d'habitants, mais les rues sont désertes.

Pour le deuxième jour consécutif, la ville chinoise de Wuhan tourne au ralenti, vendredi 24 janvier. Cette métropole, d'où est partie l'épidémie du nouveau coronavirus, est en quarantaine.

>> Retrouvez les dernières informations sur le nouveau coronavirus dans notre direct

La ville compte quelque 11 millions d'habitants, mais les rues sont désertes. "Nous sommes dans l'une des rues les plus chics, les plus commerçantes de Wuhan. Elle devrait être bondée en cette saison et pourtant il n'y a pas âme qui vive", montre Arnaud Miguet, envoyé spécial de France Télévisions sur place. La gare et le métro de la ville sont presque vides. Sur les routes, les voitures sont extrêmement rares : les axes pour sortir de Wuhan sont fermées.

L'une des rares zones animées de la ville est un chantier. La Chine a engagé, vendredi, la construction d'un hôpital destiné à accueillir, d'ici le 3 février, un millier de patients victimes du nouveau coronavirus. Selon des images diffusées à la télévision chinoise, des dizaines d'engins de chantier sont occupés à préparer le terrain sur lequel doit s'élever l'établissement. Ce dernier, qui fera quelque 25 000 m2, accueillera exclusivement des malades de la pneumonie virale d'origine inconnue qui a contaminé depuis décembre 830 personnes, dont 26 sont mortes.

Des voyageurs sur un quai presque vide de la gare de Wuhan (Chine), le 23 janvier 2020.
Des voyageurs sur un quai presque vide de la gare de Wuhan (Chine), le 23 janvier 2020. (HECTOR RETAMAL / AFP)