Cet article date de plus de trois ans.

Vaccination contre le Covid-19 : "Les familles se posent des questions et quand elles constatent qu'on n'a pas les réponses, ça les inquiète"

Alors que la Haute Autorité de santé (HAS) doit encore donner son feu vert jeudi, la campagne de vaccination en France s'apprête à débuter dimanche 27 décembre. Mais de nombreuses questions subsistent encore, aussi bien chez les patients que chez les professionnels de santé.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
  (PATRICK T. FALLON / AFP)

"Les familles se posent des questions et quand elles constatent qu'on n'a pas les réponses, ça les inquiète", a réagi Philippe Marissal, trésorier du syndicat national des généralistes et des gériatres en Ehpad, mercredi 23 décembre sur franceinfo, alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 va débuter dimanche 27 décembre. Cela va concerner deux ou trois établissements en France dont l'unité de séjour de longue durée de l'hôpital René-Muret à Sevran, en Seine-Saint-Denis.

Philippe Marissal regrette de ne pas avoir d'informations quant à la logistique autour de la distribution du vaccin : "Nous n'avons pas reçu grand-chose. Le fameux texte qui est paru hier soir [guide d'organisation de la vaccination] je ne l'ai toujours pas en ma possession. Le comité technique départemental des vaccinations ne m'a donné rendez-vous que le 6 janvier."

Sans représentants légaux, le consentement au vaccin sera donné par le médecin traitant

Philippe Marissal estime que "c'est un peu tard par rapport aux autres pays" mais le délai s'explique par la période de fêtes actuelle : "Ce sont des informations qui passent par les directeurs et celui de mon Ehpad est en vacances, il a peut-être juste oublié de me transférer le mail".

Le trésorier du syndicat des gériatres en Ehpad a aussi détaillé la méthode utilisée pour recueillir le consentement des résidents pour se faire vacciner : "Si on n'a pas de représentants légaux, de tutelle, de famille, on va se retourner le plus souvent possible vers le médecin traitant ou vers le référent de l'Ehpad, qui connaît le mieux cette personne-là et qui a peut-être un jour discuter avoisinant cela."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.