Vidéo AstraZeneca : "Ce serait stupéfiant de se faire, entre le Royaume-Uni et l'Europe, une guerre des vaccins", déclare Jean-Yves Le Drian

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le Royaume-Uni a "un problème de deuxième dose", a affirmé le ministre français des Affaires étrangères.

L'Union européenne, confrontée à des problèmes de livraisons de vaccins AstraZeneca contre le Covid-19, a décidé jeudi 25 mars de bloquer les exportations de ce vaccin en dehors de l'Union européenne tant que le laboratoire n'aura pas livré toutes les doses à l'Europe. "Cela s'appelle une fermeté, le respect des contrats", a expliqué ce vendredi sur franceinfo Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

>> Contrôles avec l'Allemagne, retour des Français jihadistes de Syrie, vaccins, tensions avec la Chine... Le "8h30 franceinfo" de Jean-Yves Le Drian

 "Le Royaume-Uni s'est enorgueilli d'avoir beaucoup vacciné pour la première dose, sauf qu'ils ont un problème de deuxième dose", a-t-il affirmé. "On est vacciné quand on a les deux doses. Aujourd'hui, il y a autant de vaccinés des deux doses en France qu'au Royaume-Uni"

Jean-Yves Le Drian veut donc "trouver avec le Royaume-Uni une relation de coopération pour qu'AstraZeneca remplisse ses engagements signés avec l'Union européenne et que chacun puisse s'y retrouver, affirme le ministre. On ne peut pas jouer au chantage. J'espère qu'on va arriver à un accord, ce serait stupéfiant de se faire, entre le Royaume-Uni et l'Europe, une guerre des vaccins."

Jean-Yves Le Drian insiste sur le fait que "l'Union européenne a eu la volonté d'agir en commun pour l'acquisition des vaccins. C'était un choix essentiel et bénéfique pour tout le monde. C'est un succès, ces vaccins sont sûrs, ils sont partagés, il y a une production en Europe ce qui fait qu'à la fin de cette année, peut-être même à l'été, nous aurons produit en Europe près de 2,5 milliards de doses de vaccin. Les Européens serons le premier producteur de vaccins au monde."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.