Faux pass sanitaire : le statut de "repenti", envisagé par Olivier Véran, est une "bonne démarche" selon le docteur Jérôme Marty

Le président du syndicat de l’Union française pour une médecine libre estime qu'il faut tendre la main à ceux qui utilisent un faux pass sanitaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Centre de vaccination contre le Covid 19. Photo d'illustration. (JULIE SENIURA / FRANCE-BLEU LORRAINE NORD)

"Tendre la main, ouvrir les bras, accueillir ces gens qui sont trompés, qui se sont fourvoyés, c'est la bonne démarche", a déclaré jeudi 16 décembre sur franceinfo Jérôme Marty, médecin généraliste, président du syndicat de l’Union française pour une médecine libre, après l'annonce par le ministre de la Santé d'une réflexion sur un "système de repentis", pour contrer les effets négatifs des faux pass sanitaires.

franceinfo : Olivier Véran a appelé les Français utilisant un faux pass à le faire savoir. Est-ce une bonne chose ?

Jérôme Marty : C'est la bonne démarche, tendre la main, ouvrir les bras, accueillir ces gens qui sont trompés, qui se sont fourvoyés. C'est ce que nous faisons parce que nous répétons à ces gens qu'on ne les trahira pas. Ce n'est pas notre rôle de les dénoncer, même si la loi nous l'impose. On se débrouille pour que cette personne accepte d'être vacciner et on voit avec l'assurance maladie pour qu'elle ne poursuive pas ces gens. Il faut poursuivre les gens qui font des faux pass et ceux qui mettent des idées fallacieuses dans la tête des gens. Nous on préfère vacciner. Donc, il faut rendre cela obligatoire.

La vaccination des 5-11 ans est-elle une bonne chose ?

Dans l'état d'urgence où on se trouve avec le variant Delta et l'Omicron c'est une bonne mesure. On vise une population cible assez restreinte au départ puisque ce sont les enfants atteints de comorbidités, à risque. De nombreux enfants sont hospitalisés et nous vivons des drames qui sont rares, mais qui existent, donc il faut protéger ces enfants.

Emmanuel Macron a expliqué que nous attendons encore des données. Est-ce qu'il y a des informations dont nous n'avons pas connaissance ?

Non, je ne pense pas. On a quand même des pays comme Israël, les États-Unis qui nous précèdent, on voit bien qu'il y a très peu d'effets secondaires graves et on sait que la vaccination protège des symptômes graves. Donc, il est évident que par rapport à un virus dont on sait que le flux viral est extrêmement important dans les classes d'âge comme la 5-11 ans, il faut rapidement les protéger.

La vaccination obligatoire est une hypothèse, mais avec près de 90% de Français vaccinés elle ne devrait pas être nécessaire. Qu'en pensez-vous ?

Ce qui se passe dans les réanimations est un drame absolu. On voit des gens qui sont embolisés par une seule pathologie et elle touche l'immense majorité des non-vaccinés. Donc le réservoir de non-vaccinés est toujours trop important. On a atteint un seuil qu'on n'arrive pas à faire baisser tout ça parce qu'on a laissé se développer des mouvements antivax qui sont structurés, qui sont aidés par un certain nombre de politique et qui vont amplifier la dérive de certaines personnes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.