Covid-19 en France : Olivier Véran annonce 21 000 nouveaux cas détectés sur les dernières 24 heures

Le ministre de la Santé s'exprimait mercredi devant les députés alors qu'il défendait le projet de loi sanitaire. 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, devant les députés à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 20 juillet 2021.
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, devant les députés à l'Assemblée nationale, à Paris, le 20 juillet 2021. (CHRISTOPHE MICHEL / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Trois fois plus que la semaine dernière. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé mercredi 21 juillet que 21 000 nouveaux cas de Covid-19 avaient été recensés sur les dernières 24 heures. Devant les députés, le ministre a également évoqué "une hausse des hospitalisations : près de 1 400 patients sont entrés à l'hôpital au cours des sept derniers jours".

Pas de contrôle d'identité des clients pour les restaurateurs. Jean Castex a confirmé mercredi que les restaurants et gérants d'établissements, dans lesquels le pass sanitaire est exigé, ne seraient pas tenus de contrôler l'identité des personnes présentes. "Ce qui a été décidé, c'est qu'on va faire peser sur les restaurateurs, les cafetiers, la vérification que la personne a bien son pass sanitaire. Mais tout ce qui a trait à l'identité de la personne, ce sera dans un deuxième rideau", a-t-il détaillé.

Le pass sanitaire en vigueur dans les lieux de culture. "Préparez vos justificatifs." Le pass sanitaire devient obligatoire pour aller au cinéma, au musée ou dans les établissements sportifs pouvant accueillir plus de 50 personnes. Il faut donc désormais présenter une preuve de vaccination, un test Covid-19 négatif ou une preuve de rétablissement pour accéder à certains établissements. Il s'agit de la première étape du plan du gouvernement qui vise à étendre l'utilisation du pass sanitaire, alors que le nombre des contaminations explose, en raison du variant Delta.

  Plus de 18 000 nouveaux dans les dernières 24 heures. Cela représente une augmentation de 150% en une semaine, selon les dernières données publiées par Santé publique France, mardi. Un tel niveau de cas positifs n'avait pas été constaté depuis la mi-mai. Il y a une semaine, le 13 juillet, 6 950 nouveaux cas avaient été recensés.

  L'Assemblée nationale débute l'examen du projet de loi sanitaire. Après l'adoption du texte en commission mardi, les députés se réuniront à 15 heures pour discuter du texte, qui prévoit notamment la vaccination obligatoire pour les soignants. Sur le fond, la commission des Lois a voté en faveur du report à la fin septembre du pass sanitaire pour les 12-17 ans et la mesure pourrait être à nouveau débattue dans l'hémicycle, puis au Sénat jeudi.

  Le bilan de l'épidémie en Inde pourrait être dix fois supérieur aux chiffres officiels. Le nombre de décès lié au Covid-19 est actuellement proche de 415 000 décès selon les autorités. Mais une étude américaine estime que ce chiffre pourrait être dix fois plus important. Cela qui ferait de la pandémie la pire tragédie humanitaire dans le pays depuis son indépendance.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

23h55 : Une étude parue dans le New England Journal of Medicine semble confirmer l'efficacité de deux doses de vaccins face au variant Delta. Ces données en population réelle, issues du Royaume-Uni, suggèrent une efficacité du vaccin de Pfizer de l'ordre de 88% face aux formes symptomatiques du variant Delta (93,7% face au variant Alpha). Pour ce qui est du vaccin d'AstraZeneca, les chiffres tendent à montrer une efficacité de l'ordre de 67% face aux formes symptomatiques issues du variant Delta (74,5% face au variant Alpha).

23h55 : "Sur le port du masque dans les établissements recevant du public dans lequel est appliqué le pass sanitaire, (...) à l'intérieur, jusqu'ici nous avons considéré qu'il fallait continuer à porter le masque, mais le haut-conseil de santé publique nous dit que dans la mesure où le pass sanitaire fait l'objet d'une bonne application, il est licite de ne plus considérer le port du masque comme la règle, y compris à l'intérieur..."

23h42 : "On a une constante, on s'appuie sur les recommandations scientifiques et sanitaires. (...) Le haut-conseil de santé public nous a écrit et réécrit qu'une personne double vaccinée une semaine après avoir acquis la protection vaccinale, si il est cas contact d'une personne n'est pas considérée comme cas contact, sauf si elle présente des symptômes."

23h38 : "Vous inventez une sorte de bonus de cadeau, c'est proprement irresponsable quand vous dites aux gens d'enlever leurs masques [avec le pass sanitaire]."

23h35 : "Moi ce que je crains, c'est que pour survendre le pass sanitaire comme solution miracle, vous êtes en train de faire prendre des risques à tout le monde."

Le député Eric Coquerel s'inquiète également des annonces sur le fait de ne plus porter le masque grâce au pass sanitaire ou de ne plus être cas contact pour les personnes vaccinés. "Je vous invite à revenir sur ces décisions. Il faut garder son masque, garder des protections, même quand on a le pass sanitaire."

23h31 : "Monsieur le ministre, vous avez dit : 'Quand on aura le pass sanitaire, on pourra en lever le masque en intérieur'. (...) Je pense qu'il serait utile de dire de rappeler, si vous voulez vous débarrasser du pass sanitaire, gardez le masque et respectez les gestes barrière."

23h27 : Bonsoir @Vendée, voici le lien PDF vers l'arrêté préfectoral qui réintroduit l'obligation de porter le masque en extérieur. Au total, 22 communes du littoral vendéen sont concernées dont Les Sables d'Olonne, l'Ile d'Yeu, Saint Gilles Croix de Vie ou encore Noirmoutier en l'Ile.

23h27 : Bonsoir, j'ai été sur le site de la préfecture mais ne trouve pas (ou ne sais pas trouver) l'info : savez-vous dans quelles villes vendéennes doit-on porter le masque en extérieur ? Merci pour votre retour. Et bon courage !

23h23 : "Cette phrase là me paraît ou totalement irresponsable ou mensongère. Est-ce que vous pouvez affirmer devant la représentation nationale que s'il y a 100% de la population vaccinée, alors il n'y a plus de circulation du virus."

Interpelée sur des déclarations d'Olivier Véran, la ministre déléguée Brigitte Bourguignon tente de répondre : "Monsieur le ministre n'a fait que dire que c'est seulement l'immunité collective qui permettra d'arrêter la circulation du virus, et vous l'avez entendu comme moi."

23h14 : Un peu de lecture avant d'aller dormir ? Voici une sélection d'articles qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui sur franceinfo.fr.

23h07 : "On aimerait tous qu'un niveau d'anticorps soit déterminant pour savoir si on est protégé contre le Covid, or nous n'avons pas la réponse."

Pour expliquer pourquoi la sérologie ne permet pas de savoir si une personne est protégée contre le Covid, Olivier Véran prend l'exemple du VIH. "Pendant plusieurs mois, en 84-85, avec le VIH, lorsque les gens avaient des sérologies positives, on leur annonçait qu'ils étaient immunisés contre le VIH."

23h05 : Si vous avez été vous faire une toile aujourd'hui, vous avez dû présenter, en plus de votre ticket de cinéma, le fameux QR code du pass sanitaire. Et c'est toute une organisation pour les gérants des salles. Illustration avec ce reportage dans un multiplex parisien.



(ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS)

22h57 : Dans l'Hérault, le préfet a décidé de "généraliser" à compter de demain "l'obligation du port du masque en extérieur dans le département, à l'exception des plages, des zones de baignade et des grands espaces naturels". En Vendée, le masque est désormais obligatoire dans l'espace public de 22 communes littorales dont Les Sables d'Olonne et L'Ile d'Yeu en raison de la recrudescence des contaminations, a annoncé la préfecture.

23h07 : Plusieurs départements ont annoncé un retour du port du masque obligatoire en extérieur. A partir de demain, dans les communes de Meurthe-et-Moselle de plus de 5 000 habitants où le taux d'incidence est supérieur à 50, il devra être porté à part "tout piéton âgé de 11 ans ou plus, sur la voie publique et dans les lieux ouverts au public de 9 heures à minuit", a annoncé la préfecture.

22h57 : Pour les personnes qui attendaient la fin des débats et le vote de la loi pour aller au lit, je vous conseille de revoir vos plans. Selon le compte Twitter Projet Arcadie, il reste encore près de 1 000 amendements à examiner.

22h57 : "S'il y avait une solution simple avec le niveau d'anticorps, on n'en serait pas au pass sanitaire... La sérologie n'est pas utilisée dans les autres pays."

Olivier Véran s'appuie sur les avis scientifiques pour rejeter l'idée d'un amendement sur l'utilisation de la sérologie pour permettre aux Français de l'étranger d'obtenir le pass sanitaire. Il rappelle que les Français de l'étranger avec une sérologie positive n'auront en revanche qu'un dose de vaccin à faire.

22h46 : Le ministre de la Santé a été interpellé tout à l'heure par une députée sur l'avis de la Cnila Cnil. La Commission ne s'oppose pas à l'extension du pass sanitaire, mais demande au Parlement de bien "circonscrire" le nouveau dispositif qui est une atteinte "particulièrement forte" aux libertés. J'attendais la réponse du ministre, mais elle ne vient pas. Il faut dire que les questions s'enchaînent vite...

22h49 : "La primo-vaccination, quand on n'a reçu qu'une dose de vaccin, on a une immunité d'environ 30%, ce n'est pas suffisant."

Olivier Véran répond à l'idée du pass sanitaire accordé aux primo-vaccinés. "Cela je vous demande de ne pas le voter, c'est dangereux." En revanche, le ministre consulte les autorités scientifiques sur le fait de permettre aux primo-vaccinés de voir la validité de leurs tests prolongés jusqu'à une semaine.

22h30 : "L'extension du pass sanitaire est fait aujourd'hui dans la précipitation, ce qui provoque quelques difficultés notamment pour prendre des rendez-vous dans certains territoires."

Véronique Louwagie propose un amendement pour permettre d'obtenir le pass sanitaire dès la première dose afin de ne pas "gâcher l'été" de certains Français qui n'ont pas eu le temps de se faire vacciner.

22h28 : Bonsoir @Anne, je vous invite à consulter notre tableau de bord de suivi de l'épidémie. Vous y trouverez de nombreux graphiques qui détaillent la situation sanitaire en France, comme cette carte qui présente le taux d'incidence département par département.



(FRANCEINFO)

22h28 : Bonsoir Alice, auriez-vous une carte de la France avec les départements les plus touchées par la 4ème vague ? Merci d'avance

22h27 : "Vous imposez la vaccination sans le dire, en rendant la vie des personnes non-vaccinés impossible. (...) J'aimerais un débat franc sur l'obligation vaccinale, plutôt que d'y arriver par petits bouts comme ça."

22h24 : "Monsieur le député, sur le plan de vaccination à la rentrée dans les écoles, Jean-Michel Blanquer va présenter un plan dans quelques jours. Il va y avoir une dynamisation de la vaccination (...) Vous le savez aussi, il n'y aura pas d'application du pass sanitaire pour les élèves."

22h22 : "Monsieur le ministre, si j'ai posé des questions à la con, il faut que je le sache."

Sébastien Jumel revient à la charge sur des questions concernant les enfants. "Quand un enfant est dans une famille qui a fait le choix de la non vaccination (...) Est-ce que ces enfants seront exclus du cycle éducatif ?"

22h20 : Les personnes entièrement vaccinées ne seront plus automatiquement considérées comme cas contacts, a annoncé Jean Castex. Sur la plateau du "20 heures" de France 2, le journaliste et médecin Damien Mascret détaille ces nouvelles règles.

(FRANCE 2)

22h17 : Bonjour @Jim. Les socialistes rejettent le pass sanitaire. Selon eux, cet outil reviendrait à ce que "la moitié de la population (restaurateurs, commerçants...) contrôle l'autre moitié de la population". Les députés PS lui préfèrent une "vaccination obligatoire" des majeurs contre le Covid "d'ici au 1er octobre".

22h17 : Quelle est la position du PS sur le pass sanitaire ?

22h11 : Bonjour @Antoine, on recense 21 539 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, contre 18 181 nouveaux cas annoncés hier et 8 875 il y a tout juste une semaine. Mais le nombre de nouvelles contaminations peut-être soumis à d'importantes variations quotidiennes, notamment les lundis en raison des plus faibles remontées du week-end. Pour atténuer ces biais, il est donc intéressant d'observer le nombre de nouveaux cas en moyenne glissante sur sept jours, comme présenté sur le graphique ci-dessous.



(FRANCEINFO)

22h11 : Bonjour, Je repose ma question à laquelle je ne trouve pas de réponse dans le fil d'actualité mais qui a pourtant son intérêt puisque le gouvernement hurle que le nombre de cas positif est exponentiel : avez vous eu le nombre de contaminations de ce jour. Pouvez vous nous redonnez celui d'hier pour avoir la comparaison ? Merci pour votre boulot.

22h11 : Le député LFI Eric Coquerel interpelle le ministre de la Santé sur le cas des personnes qui ont été contaminées il y a plus de trois mois, avant le 28 mars, et qui souhaitent avoir une preuve pour obtenir une seule dose de vaccin. Olivier Véran répond que c'est justement les députés, notamment de La France insoumise, qui ont fait voter un amendement pour écraser les données du Sidep (Système d’Informations de DEPistage) au bout de trois mois.

22h02 : "J'étais en train de me connecter sur Doctolib pour regarder combien de rendez-vous était disponible", ironise Olivier Véran. Il assure que de nombreux nouveaux créneaux de vaccination vont être ouverts dans les prochains jours.

22h02 : "Exprimez-vous sur la capacité de fournir des vaccins sur l'ensemble de la France et pour l'ensemble des Français."

Le ministre de la Santé a été interpellé sur la difficulté dans certains territoires à obtenir un rendez-vous vaccinal.

21h57 : "Monsieur Cordier, votre masque s'il vous plaît."

Olivier Véran a repris tout à l'heure le député LR sur le port du masque. Dans la même séquence, il a expliqué pourquoi il y avait "urgence", selon lui, à mettre en place le pass sanitaire.


21h51 : "Vous avez changé d'avis Monsieur le ministre, vous l'avez fait plusieurs fois, sur les masques, sur les tests."

Le retour d'Olivier Véran dans l'hémicycle provoque des attaques à répétition de la part des oppositions.

22h06 : Alors que les députés sont toujours en train d'examiner le projet de loi du gouvernement relatif aux nouvelles mesures sanitaires, des manifestants hostiles au pass sanitaire se sont introduits dans l'après-midi dans l'hôtel de ville de Chambéry (Savoie). Ils ont symboliquement décroché le portrait officiel du président de la République, qui a été rendu un peu plus tard à un agent municipal.



(MAXPPP)

21h48 : "Vous présentez le vaccin comme un remède miracle, mais vous savez très bien qu'au Royaume-Uni, en Israël il y a des risques de reconfinement, car le vaccin n'est pas un remède miracle. C'est un outil intéressant, mais c'est un outil."

21h46 : "Plus nous tardons à mettre en place le pass sanitaire, plus nous risquons de nous retrouver devant un mur épidémique qui nous forcera à prendre d'autres mesures."

21h45 : "Le pass sanitaire est l'outil qui nous permettra d'éviter de reconfiner le pays."

Olivier Véran est de retour à l'Assemblée. "Le pass sanitaire n'est pas une punition qui vise à fermer l'accès à des lieux à des gens, c'est l'inverse. (...) Par définition, si tout le monde est vacciné, il n'y a plus de pass."

21h36 : "Là on va dans le mur", râle le député LFI Eric Coquerel. Il réclame comme le député LR Philippe Gosselin une réunion des présidents de groupe pour éviter de passer la nuit à examiner l'ensemble des amendements. "Je réunirai les présidents de groupe", assure le vice-président de l'Assemblée, David Habib.

21h33 : On est de retour pour suivre les débats à l'Assemblée. Pendant la suspension de séance, les députés LREM ont tenté de rameuter des renforts pour les votes à venir, révèle sur Twitter le chef du service politique de franceinfo.

20h58 : Bonsoir @Sylvie, je ne dispose pas de données détaillées sur le profil des nouvelles admissions à l'hôpital, je peux en revanche vous fournir les données transmises par Santé publique France sur l'ensemble des personnes actuellement hospitalisées pour une infection au Covid-19. Parmi les 6 869 personnes hospitalisées, on compte 3 483 hommes et 3 328 femmes. On recense 857 hospitalisations chez les personnes de 50 à 59 ans, 1 336 chez les 60-69 ans, 1 577 chez les 70-79 ans, 1 548 chez les 80-89 ans ou encore 693 chez les plus de 90 ans.

20h55 : Bonjour, connaît-on le profil des nouvelles personnes hospitalisées ? L'âge par exemple et autres détails.

20h31 : Le nombre de contaminations continue lui de grimper. Toujours en moyenne glissante sur sept jours, on compte chaque jour en moyenne 11 697 nouveaux cas de Covid-19.



(FRANCEINFO)

20h38 : On déplore 22 nouveaux décès dus au Covid-19 à l'hôpital. Si on observe la situation en moyenne lissée sur sept jours, on compte chaque jour en moyenne 19 nouveaux décès du Covid-19 à l'hôpital, comme le montre le graphique ci-dessous.



(FRANCEINFO)

20h31 : Ajoutons que 859 malades du Covid-19 sont hospitalisés en service de soins critiques (ils étaient 931 mercredi dernier). Au cours des dernières 24 heures, 64 malades sont entrés dans ces services, contre 19 il y a tout juste une semaine.



(FRANCEINFO)

20h29 : Bonjour , ils viennent de nous parvenir à l'instant. La France compte 6 869 personnes hospitalisées pour une infection au Covid-19 (contre 7 047 mercredi dernier), dont 281 nouvelles admissions, selon les dernières données de Santé publique France. En moyenne glissante sur sept jours, on recense chaque jour 224 nouveaux patients hospitalisés.



(FRANCEINFO)

20h21 : Pas chiffres Covid-19 ce soir? Merci pour votre travail

20h06 : Jean Castex l'a affirmé sur TF1 : "96% [des] 18 000 cas [annoncés hier] n'étaient pas vaccinés." Sauf que le Premier ministre a commis une erreur en tirant ce chiffre de 96% non pas des dernières données de Santé publique France mais d'une étude menée par la Dress sur la période du 28 juin au 4 juillet. Les explications avec notre journaliste Louis San.



(LUDOVIC MARIN / AFP)