Covid-19 : refusant de se faire vacciner, le seul médecin de cette commune du Nord ferme définitivement son cabinet

La commune de Jenlain (Nord) a perdu le 1er janvier son seul médecin généraliste. Le professionnel, qui refuse de se faire vacciner contre le Covid-19, a préféré fermer son cabinet.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Grégory Pamart, qui exerçait comme médecin à Jenlain (Nord), a dû fermer son cabinet parce qu'il ne voulait pas se faire vacciner.  (VALENTIN DUNATE / RADIO FRANCE)

"Voici la salle d'attente. Il y a encore mon nom sur la porte." À Jenlain (Nord), l'ancien médecin généraliste a fermé son cabinet et dévissé la plaque qui était à l'extérieur. Depuis le 1er janvier, la commune de 1 170 habitants près de Valenciennes n'a donc plus de médecin : Grégory Pamart a définitivement quitté les lieux. Ce médecin de 33 ans refuse de se faire vacciner contre le Covid-19. N'ayant plus le droit d'exercer son activité officiellement depuis le 15 septembre, il a donc décidé d'arrêter complètement son activité. Au total, 160 médecins ont, comme lui, refusé d'être vaccinés contre le Covid-19, selon des chiffres arrêtés par l'Assurance maladie à la fin novembre.

Grégory Pamart contemple donc un cabinet désormais vide. "Je suis venu avec mon épouse et une remorque. On a embarqué tout ce sur quoi j'avais travaillé pendant trois ans", raconte-t-il. Le docteur en médecine est ferme sur ses positions : il ne croit ni à la sûreté, ni à l’efficacité du vaccin. "L'obligation qui pèse sur moi est injuste. La grande question que je me pose c'est : est-ce que j'aurais pu continuer à soigner les gens si on ne respectait pas mes choix personnels vis-à-vis d'un traitement médical ?"

Dans la commune, certains habitants sont forcément déçus. "On est un peu en colère", témoigne Pierre, 78 ans. "Il nous a abandonnés pour une raison qu'on ne comprend pas bien. Malheureusement, en pratique, nous n'avons plus de médecin." Françoise confirme : "Je lui ai dit ses quatre vérités. Il était médecin, donc il avait fait le serment d'Hippocrate et je trouve qu'il n'avait pas le droit" de partir, déplore cette femme de 75 ans.

"Pour moi, c'est du gâchis à tout point de vue."

Françoise, 75 ans

à franceinfo

Grégory Pamart le concède : "Je faisais partie de la vie du village et on m'extrait de cela de force. Forcément, il y a un vide qui s'installe." Et pour cause, plus de 1 000 patients se retrouvent sans médecin avec le départ du seul médecin généraliste de la commune.

Un appel à Emmanuel Macron

Pour ce millier d'habitants, l'avenir est incertain. En effet, les médecins situés dans les communes à proximité sont déjà tous saturés. "C'est terminé. On a définitivement plus de médecin à Jenlain", déplore le maire, Johan Dremeux. Il a pourtant tenté d'interpeller la ministre des Relations avec les collectivités territoriales et l'agence régionale de santé. En vain, pour l'instant : "Cela me révolte. Ça m'inquiète et, en même temps, je trouve ça inadmissible."

Il dit avoir "presque envie" de lancer un appel à Emmanuel Macron. "Est-il d'accord de laisser une population comme la nôtre être emmerdée par l'arrêt d'un médecin pour des raisons obscures ?" En attendant une réponse de la part du président de la République, la seule issue que le maire envisage est d'aller chercher un médecin à l'étranger.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.