Covid-19 : les Français majoritairement favorables à la vaccination obligatoire, selon notre sondage

Aujourd'hui, 58% des sondés sont favorables à une vaccination obligatoire pour tous tandis qu'ils n'étaient que 38% en novembre dernier, selon un sondage Odoxa-Backbone consulting pour franceinfo et "Le Figaro".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un homme reçoit une dose de vaccin Pfizer-BioNtech contre le Covid-19 à Paris le 29 juin 2021. (MARTIN BUREAU / AFP)

Plus de la moitié des Français sont favorables à la vaccination obligatoire contre le Covid-19, pour les soignants et pour l'ensemble de la population, selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 1er juillet. Cette enquête montre une adhésion grandissante à la vaccination contre le Covid-19 et des avis de plus en plus positifs sur la gestion de la campagne de vaccination, jugée "efficace" par 60% des sondés.

L’idée de la vaccination obligatoire s’impose dans l’opinion d'après ce sondage. 72% des Français interrogés y sont favorables pour le personnel soignant, et ils sont aussi une majorité (58%) à se dire favorables à la vaccination obligatoire pour l’ensemble de la population. Il s'agit là d'un retournement d'opinion, puisqu'en novembre dernier, seuls 38% des sondés étaient favorables à la vaccination obligatoire pour tous.

Les jeunes sont les plus méfiants à l'égard du vaccin

Les catégories les plus rétives à cette idée sont les jeunes (plus de 55% des 18-34 ans y sont opposés), les catégories populaires (opposées à 52%), et dans une moindre mesure les femmes, opposées à 48% à une vaccination obligatoire pour tous. Parmi les sondés, les sympathisants LREM sont les plus favorables avec 78% d'avis favorables à une obligation, tandis que seulement 49% des sympathisants de La France insoumise y sont favorables.

Désormais, 81% des habitants de France métropolitaine âgés de plus de 18 ans sont prêts à se faire vacciner ou le sont déjà, soit près de deux fois plus qu'en décembre dernier, avant le début de la campagne de vaccination. Dans le détail, 66% des sondés de plus de 18 ans adultes indiquent avoir reçu au moins une dose, 5% des sondés disent qu'ils se feront "certainement" vacciner et 10 % qu'ils le feront "probablement"A l'inverse, 19% des Français interrogés ne se feront "probablement pas" ou "certainement pas" vacciner.

Cette étude en conclut que "nous toucherons bientôt à des limites difficilement dépassables" dans cette campagne de vaccination. Parmi les réticents, on trouve notamment les plus jeunes (26% des 18-24 ans, 24% des 25-34 ans et des 35-49 ans). L'étude montre également des différences sociologiques : 26% des catégories populaires ne veulent pas se faire vacciner contre 7% des cadres, 15% des hommes contre 22% des femmes. Les sensibilités politiques jouent également : 28% des sympathisants RN et 25% des sympathisants de La France insoumise ne comptent pas se faire vacciner, contre 7% des sympathisants LR et 2% des sympathisants LREM.

Une campagne de vaccination jugée globalement "efficace"

Cet enthousiasme va de pair avec un avis globalement positif sur l'action du gouvernement concernant la vaccination. Six Français sur dix la jugent "efficace", "menée à un bon rythme", "cohérente" et "claire". Avec un tiers d'avis positifs en plus par rapport au sondage de début avril, il s'agit là aussi d'un retournement d'opinion spectaculaire. Sans surprise, ce sont les sympathisants LREM qui saluent le plus l'action gouvernementale (88% la jugent "efficace"), devant les sympathisants EELV (78%), tandis que 41% des sympathisants RN et 47% de ceux de LFI soulignent cette efficacité.

Faut-il rendre payants les tests , c’est-à-dire lorsqu’on ne présente pas de symptômes ? 56% des sondés y sont défavorables estimant qu'il ne faut pas décourager le dépistage. 42% des Français interrogés y sont favorables dans l'idée notamment d'inciter les gens à se faire vacciner.

Ce sondage Odoxa-Backbone consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisé auprès d’un échantillon de Français représentatif de la population française (méthode des quotas) âgée de 18 ans et plus, interrogés par internet les 30 juin et 1er juillet 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.