Covid-19 : la HAS préconise 3e dose aux plus de 65 ans à cause "d'une baisse de l'efficacité vaccinale" au bout de "six à douze mois", explique sa présidente

L'idée est de faire cette dose de rappel fin octobre pour permettre aux personnes de recevoir en même temps le vaccin contre la grippe et le Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Pr Dominique Le Guludec, presidente du college de la haute Autorite de sante (HAS), le 9 mars 2018. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

"Il existe plusieurs études qui montrent dans différents pays une baisse de l'efficacité vaccinale liée à deux facteurs", le variant Delta du Covid-19 et le temps, explique mardi 24 août sur franceinfo Dominique Le Guludec, présidente de la Haute autorité de santé. La HAS préconise en effet une dose de rappel pour les plus de 65 ans à partir de la fin octobre.

>> Suivez notre direct sur la pandémie de Covid-19.

franceinfo : Pourquoi avoir pris la décision de recommander une dose de rappel pour les plus de 65 ans ?

Dominique Le Guludec : Il existe plusieurs études qui montrent dans différents pays une baisse de l'efficacité vaccinale liée à deux facteurs. D'une part, le variant Delta, c’est-à-dire que les vaccins sont tous un peu moins efficaces vis-à-vis de ce variant. Et d'autre part, le temps, sans qu'il soit facile de distinguer ce qui revient au variant et ce qui revient au temps. Nous anticipons donc qu'entre six et douze mois après la première vaccination complète, une dose de rappel est importante pour les gens qui ont des risques de faire des formes sévères.

Vous privilégiez la fin octobre, alors que le ministre de la Santé Olivier Véran souhaitait commencer cette campagne de rappel début septembre. Pourquoi ce calendrier ?

Il n'y a pas d'urgence. Cette baisse de l'efficacité vaccinale est progressive et modérée au cours du temps. Ensuite, nous nous calons sur la vaccination contre la grippe, puisqu'il s'agit à peu près des mêmes personnes qui bénéficient de la vaccination antigrippale et qui vont pouvoir bénéficier de cette troisième dose de rappel, puisque ce sont eux qui sont à risque de faire des formes sévères. Il n'y a pas un regroupement total, mais très important entre ces deux populations. Donc, quand on regarde les dates des grosses quantités de vaccinations, au mois d'avril et mai, et la vaccination anti-grippe qui commence fin octobre, ça collera avec ce délai.

"L'idée est de pouvoir éviter aux personnes de se déplacer deux fois pour se faire vacciner et donc de pouvoir bénéficier des deux vaccins en même temps, grippe et Covid-19."

Dominique Le Guludec, présidente de la HAS

à franceinfo

Nous n'anticipons pas de problème avec une vaccination conjointe.

Combien de personnes seront concernées par cette campagne de rappel ?

Les personnes de plus de 80 ans étaient déjà concernées par les annonces gouvernementales, ainsi que les personnes immunodéprimées. Là, il s'agit des plus de 65 ans et de toutes les personnes susceptibles de faire des formes graves avant 65 ans. Donc on anticipe au moins 15 millions de personnes supplémentaires. Et cette campagne de rappel se fera avec un vaccin à ARN messager, donc Pfizer ou Moderna. Mais d'ici le démarrage de la campagne, nous aurons encore d'autres résultats. Nous attendons également l'avis de l'Agence européenne du médicament, qui interviendra très probablement fin septembre, et qui nous permettra d'avoir des données complémentaires d'ici le début de cette campagne de rappel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.