Transports : "Tout sera prêt" pour le déconfinement assure le secrétaire général du syndicat Unsa-RATP

En Île-de-France, il faudra se munir d'une attestation professionnelle ou d'un justificatif de déplacement impérieux pour emprunter les transports en heure de pointe.

Les passagers de la ligne 13 du métro parisien portent un masque en pleine épidémie de Covid-19, le 7 mai 2020.
Les passagers de la ligne 13 du métro parisien portent un masque en pleine épidémie de Covid-19, le 7 mai 2020. (AURELIE AUDUREAU / MAXPPP)

"Tout sera prêt" au niveau du matériel et du personnel dans les transports en commun parisiens pour la sortie du confinement, a assuré jeudi 7 mai sur franceinfo Thierry Babec, secrétaire général du syndicat Unsa-RATP. En Île-de-France, il faudra se munir d'une attestation professionnelle ou d'un justificatif de déplacement impérieux pour emprunter les transports en heure de pointe.

franceinfo : Est-ce que tout est prêt du point de vue des indicateurs et du marquage pour accueillir et guider les usagers lundi ?

Thierry Babec : Beaucoup d'annonces vis-à-vis desquelles la RATP se prépare datent du 28 avril. Pour autant l'entreprise est en plan pandémie depuis le 20 janvier. Ça fait presque un mois que la RATP se prépare pour un déconfinement. Elle n'a pas été prise au dépourvu. Cela nous a été présenté lors de plusieurs réunions avec les organisations syndicales. Malgré la tâche titanesque que représente un million d'autocollants pour condamner un siège sur deux par exemple, tout sera prêt lundi.

Tout sera prêt, c'est certain ?

Nous avons des chiffres très précis en tant qu'organisation syndicale puisque nous avons été en contact avec l'entreprise pour faire des points de situation et parfois "se chicaner" sur certains sujets. Mais nous avons des chiffres assez précis en ce qui concerne la fourniture de matériel, les prestataires qui sont sollicités pour faire ces marquages en plus de nos équipes, sur l'absentéisme lié aux agents malades ou qui gardent leurs enfants. Je peux, en tant que représentant syndical, vous garantir que les chiffres présentés par l'entreprise en termes d'offre de transport, de marquage, tout sera prêt lundi matin.

Pensez-vous que cette attestation professionnelle soit la bonne solution ?

Je ne suis pas sûr que ça soit la bonne solution. C'est une solution parmi d'autres, en plus du maintien du télétravail et de la présence prévue de nos agents pour informer, canaliser et guider les usagers. Nous sommes jeudi. Cette attestation de l'employeur est issue de la charte signée mercredi par différents interlocuteurs. Vendredi, nous sommes un jour férié. Je ne suis pas certain que tout soit prêt lundi.

Est-ce que vous estimez que la vérification des attestations fait partie de vos missions d'agents de la RATP ?

Nous sommes des agents du service public, donc quand l'autorité publique nous enjoint à une mission, nous avons pour obligation de la mener. Il y a trois catégories de personnes qui pourront contrôler ces attestations : les opérateurs de contrôle qui s'occupent des billets normalement, les agents de sécurité de le RATP et la police puisque nous devrions bénéficier d'un petit peu de renfort policier au moins les premiers jours.

Renfort bienvenu ?

Tout à fait, est-ce à la hauteur de ce que sollicitait l'entreprise ? Je n'en suis pas sûr. L'entreprise sollicitait, en plus de ses propres agents, 5 000 policiers sur le réseau. Je crains que nous ne soyons bien en-dessous puisque la police a aussi ses propres missions et ses propres difficultés.