Coronavirus : "La troisième vague est sociale et elle était attendue", signale Christophe Devys

Christophe Devys, président du collectif Alerte, est l’invité des "4 Vérités" de France 2 mercredi 7 octobre.

France 2

Depuis l'apparition du coronavirus, les bénéficiaires de l’aide alimentaire ont augmenté de 30 % et ceux du RSA de 10 %. "La troisième vague est sociale et elle était attendue. Les associations de lutte contre l’exclusion que je représente pour une grande majorité avaient dit qu’il y aurait une crise sociale très grave au second semestre. On la constate plus tôt que prévu et de façon massive", affirme Christophe Devys, président du collectif Alerte.

"Huit millions de personnes ont besoin de l’aide alimentaire contre 5,5 en 2019", souligne-t-il dans les "4 Vérités" mercredi 7 octobre. "Il y a des publics nouveaux : il y a des jeunes qui ont perdu les petits boulots, il y a des seniors, des actifs qui sont devenus chômeurs, et plus étonnant des indépendants commerçants ou artisans qui se retrouvent avec des carnets de commande très faibles", détaille-t-il. "L’économie est largement soutenue par l’État, mais le jour où cela va s’arrêter, il y aura des défaillances dans le tissu des petites entreprises", poursuit Christophe Devys.

Des annonces de l'État mi-octobre

"Les pauvres sont les oubliés de cette crise, et même du quinquennat. Leurs revenus ont stagné ou baissé", constate Christophe Devys, qui a demandé au Premier ministre que le RSA soit ouvert aux moins de 25 ans et une hausse des minimas sociaux notamment. "Jean Castex a promis une réponse pour la mi-octobre", précise-t-il. "La situation n’a jamais été aussi urgente depuis 30 ans. On peut aller vers une société plus solidaire, il est encore temps de le faire", conclut Christophe Devys.

Christophe Devys
Christophe Devys (France 2)