Reprise de l'école sur trois semaines : "L'important est de rassurer les parents au niveau des règles sanitaires", estime la PEEP

Certains parents ont déjà fait savoir qu'ils ne mettront pas leurs enfants à l'école, à la reprise, annonce Hubert Salaün, le porte-parole de la Fédération des Parents d’Elèves de l'Enseignement Public.

\"Comment faire manger 600 élèves dans un même établissement, alors qu\'ils font parfois une demi-heure de queue, les uns à côté des autres ?\", s\'inquiète Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP.
"Comment faire manger 600 élèves dans un même établissement, alors qu'ils font parfois une demi-heure de queue, les uns à côté des autres ?", s'inquiète Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP. (ALEXIS MOREL / FRANCE-INFO)

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale travaille sur une reprise très progressive de l'école, sur trois semaines et par niveau de classe. D'abord, les élèves de grande section de maternelle, de CP et de CM2, puis ceux de 6e, 3e, première et terminale, avant une reprise de l'ensemble des élèves la troisième semaine et avec des groupes ne dépassant pas 15 élèves. "L'important est de rassurer les parents au niveau des règles sanitaires, de distanciation sociale", réagit Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP, la Fédération des Parents d’Elèves de l'Enseignement Public.

>> Retrouvez les dernières informations sur le coronavirus dans notre direct

Le représentant de parents d'élèves n'est pas surpris de cette rentrée par étape mais il "ne pensait pas forcément que les élèves de première et de terminale allaient rentrer en même temps, ce qui représente quand même, pour un lycée moyen, 600 à 700 élèves dans le même lieu". "Cela nous pose beaucoup de questions. Les parents ne seront pleinement rassurés que quand on aura ces réponses-là, et il faudra les avoir suffisamment tôt pour que le travail puisse se faire."

Des absences déjà annoncées

Hubert Salaün prend notamment deux exemples, la cantine et le transport scolaire. "Comment faire manger 600 élèves dans un même établissement, alors qu'ils font parfois une demi-heure de queue, les uns à côté des autres ? Lorsque les parents mettent leurs enfants dans des bus scolaires, ils voient des bus pleins à craquer. Il va falloir peut-être plus de bus. Il y a une multitude de points, et plus on s'en rapproche, plus on les voit. Chacun des ses points devra être réglé."

Certains parents ont déjà fait savoir qu'ils ne mettront pas leurs enfants à l'école, à la reprise. "Ils nous le disent pour des raisons tout à fait compréhensibles, des parents avec des problèmes de santé, qui vivent avec une personne âgée à la maison", détaille Hubert Salaün qui estime que le retour à l'école est tout de même nécessaire pour les enfants. "De voir que l'école continue de fonctionner, que l'école est toujours prête à les accueillir, que leurs enseignants sont là, dans un monde où tout bouge, où l'on a plus de certitude, je crois que c'est important."