"Quelle que soit la date du spectacle, on le livrera" : l’annulation du Tour de France à cause du coronavirus n’est pas (encore) d’actualité

Tous les grands événements du calendrier sportif pour les prochains mois ont d’ores et déjà été annulés ou reportés. Un seul reste pour l'instant inscrit au programme de l’été : le Tour de France.

Thibaut Pinot dans la montée du Prat d\'Albis, dans les Pyrénées, en juillet 2019.
Thibaut Pinot dans la montée du Prat d'Albis, dans les Pyrénées, en juillet 2019. (JULIEN BALIDAS / FRANCE-BLEU OCCITANIE)

Et s’il n’en restait qu’un ? L’Euro 2020 de football, les Jeux olympiques de Tokyo, le Tour d’Italie cycliste : tous les grands événements sportifs qui devaient avoir lieu dans les prochains mois ont d’ores et déjà été annulés ou reportés à cause de l'épidémie de coronavirus. Un seul reste inscrit au calendrier de l’été : le Tour de France et pour le moment, son annulation n’est pas d’actualité.

>> Suivez les dernières infos sur le coronavirus dans notre direct

Si l'organisateur de la course, ASO, ne souhaite pas faire pour le moment le moindre commentaire, les informations réunies par franceinfo ne vont pas dans le sens d'une annulation. Normalement, le Tour de France doit partir de Nice le 27 juin et à cette heure, les réservations d'hôtel sont d'ailleurs maintenues dans le secteur à cette date.

Des aménagements et d’autres plans sont cependant à l’étude, notamment pour tout ce qui concerne le public. Plusieurs prestataires ont déjà été appelés pour discuter d'une présence réduite de personnes et de véhicules aux départs et aux arrivées des étapes, ce qui toucherait en premier lieu la caravane publicitaire et les dix millions de spectateurs habituels au bord des routes. Mais contrairement à ce qui a été évoqué par la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, mercredi, il n'est pas question d'un huis clos, irréalisable de toute façon sur les plus de 3 400 kilomètres de parcours. On serait plutot sur une distanciation entre spectateurs et coureurs, mise en place à moindre échelle lors de Paris-Nice il y a quinze jours

Question plan B, décaler le Tour de France un peu plus tard dans l'été est une possibilité, le report des Jeux ouvrant une fenêtre médiatique. Pour l'instant, le départ est prévu le 27 juin à Nice, et l'arrivée sur les Champs-Elysées à Paris le 19 juillet. Mais un report provoquerait aussi un nombre non négligeable de complications logistiques, notamment pour l'offre hôtelière. Et cela compliquerait la suite de la saison cycliste avec le Tour d'Espagne, également organisé par ASO, dont le départ est prévu le 19 août.

Les enjeux financiers sont énormes

Si, avant même la décision du CIO de reporter les Jeux olympiques de Tokyo 2020, de nombreuses voix réclamaient leur report, le peloton, lui, se voit au départ du Tour de France cet été, sans aucune hésitation. Beaucoup ont souligné le nombre de nationalités beaucoup moins importantes pour les cyclistes que pour les athlètes des Jeux, avec une population "très identifiée" et un brassage moindre. Et puis, le Tour, qui fait partie du paysage des Français depuis 1903, est le point d'orgue de la saison cycliste et les enjeux financiers pour les équipes et leurs sponsors sont énormes. "Les discussions sont quotidiennes avec les partenaires, indique ainsi Jérôme Pineau, le manageur de l'équipe française B&B-Vital Concept. L’investissement principal est pour la visibilité. On ne va pas se cacher que le maintien du Tour de France est essentiel…"

Quelle que soit la date du spectacle, on le livrera, qu'il soit sur trois semaines en juillet ou en août et qu’il s’appelle Tour de France, on le livrera. Il n’y a qu’une envie, c’est d’aller sur le Tour.Jérôme Pineauà franceinfo

Et tous les coureurs ou directeurs d'équipe que nous avons interrogés se disent prêts à être au départ. Avec pour certains, un bémol tout de même : que l'entraînement en extérieur puisse reprendre au plus tard début mai afin d'encaisser le rythme des trois semaines de course. Et là, tout dépend de l'évolution de l'épidémie en France et en Europe. Au final, le dernier mot reviendra aux autorités sanitaires et au ministère de l'Intérieur qui autorisera ou non l'organisation d'événements cet été. On devrait en savoir plus, concernant le Tour de France, dans la deuxième quinzaine d'avril.