Prisons : 5 000 détenus libérés depuis le début du confinement, annonce Nicole Belloubet

Ils "seraient de toute façon en fin de peine", justifie sur France Inter la ministre de la Justice qui assure avoir exclu "les personnes qui avaient commis des violences conjugales, les personnes condamnées pour terrorisme et bien sûr les criminels".

Nicole Belloubet était l\'invitée de France Inter lundi 20 janvier. 
Nicole Belloubet était l'invitée de France Inter lundi 20 janvier.  (FRANCE INTER)

"À peu près 5 000 personnes ont été libérées" de prison depuis le début du confinement, indique jeudi 7 mai sur France Inter la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Ces détenus sont sortis "juste avant la fin de leur détention normale", et "seraient de toute façon en fin de peine" aujourd'hui, précise la garde des Sceaux.

 >> Coronavirus : suivez notre direct pour avoir les dernières informations.

"Nous n'avons pas remis des personnes qui ont commis des infractions graves volontairement en liberté", assure la ministre alors qu'un cas notamment fait polémique, celui d'un Roubaisien condamné pour violences et soupçonné de féminicide et qui a bénéficié d'une libération conditionnelle. "Nous avons exclu de ces mesures de libération anticipée les personnes qui avaient commis des violences conjugales, les personnes condamnées pour terrorisme et bien sûr les criminels", affirme la ministre.

Nicole Belloubet ne veut pas aller plus loin sur un seul raisonnement "numérique"

"Sur le chiffre de 12 000 détenus en moins" dans les prisons françaises par rapport au 16 mars, Nicole Belloubet indique qu'"il y en a plus de la moitié qui sont liées au fait que des personnes ne sont pas entrées en prison" en raison de la diminution de l'activité des juridictions. Alors que le taux d'occupation des prisons françaises est passé en dessous de 100%, la contrôleure générale des prisons Adeline Hazan demande d'aller plus loin dans la libération préventive de détenus. Nicole Belloubet répond qu'elle "ne raisonne pas de manière numérique", et ne voit pas "pourquoi il faudrait, de ce point de vue-là, aller plus loin".

Sur le plan de la maladie, au sein du personnel pénitentiaire, "il y a à peu près une soixantaine de cas" en ce moment, annonce la garde des Sceaux. Quant aux détenus, 25 sont actuellement positifs au Covid-19 dans les prisons françaises, complète-t-elle.