Cet article date de plus de trois ans.

Plages, musées, shopping, randonnées... Que peut-on faire (et toujours pas faire) pendant ce premier week-end de déconfinement ?

Ce premier samedi depuis la sortie progressive du confinement est marqué, entre autres, par la réouverture de la plupart des plages, où l'on pourra se rendre à condition d'y exercer une activité physique. 

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Deux baigneuses profitent de la plage de Nice (Alpes-Maritimes), le 16 mai 2020, lors du premier week-end de déconfinement.  (ARIE BOTBOL / HANS LUCAS)

C'est un week-end particulièrement attendu, au bout de huit semaines de confinement pour lutter contre la propagation du Covid-19La France entame, samedi 16 mai, son premier week-end déconfiné après une première semaine dont le bilan est "globalement positif" selon Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement. 

Alors que le soleil est au rendez-vous sur une grande partie du territoire, nombreux sont ceux qui ont envie de s'aérer, en forêt par exemple ou au bord de la mer pour les chanceux. Voici ce qu'il est possible de faire et ce qui reste interdit. 

Ce qu'on peut faire :

- Aller à la plage

Pour la première fois depuis près de deux mois, des plages rouvrent samedi un peu partout dans l'Hexagone. Mais que ce soit à Nice (Alpes-Maritimes), Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) ou Dunkerque (Nord), elles seront toutes réservées à la baignade et la promenade.

Pas question donc de faire bronzette ou de pique-niquer : la plage doit être "dynamique" et donc exclusivement fréquentée dans le cadre d'une activité physique. Il est permis d'y marcher, courir, nager et d'y faire du sport, comme le longe-côte ou la marche aquatique. La pêche à pied est également autorisée dans la majorité des départements, toujours dans la limite des gestes barrières à appliquer.

- Visiter un petit musée 

Bonne nouvelle pour ceux qui sont en manque de culture : les "petits musées" ont pu reprendre leur activité depuis lundi, dans les zones rouges comme dans les zones vertes. Ces réouvertures se font progressivement, sur décision du maire ou par arrêté préfectoral. Quel que soit le musée où vous vous rendez, qu'il s'agisse du Musée Miniature et Cinéma à Lyon, du Musée Crozatier au Puy-en-Velay ou du Musée des Beaux-Arts d'Orléans, le port du masque est obligatoire et le parcours est fléché pour éviter que les visiteurs se croisent. 

Depuis lundi, d'autres sites touristiques emblématiques sont de nouveau accessibles aux visiteurs de proximité (résidant dans un rayon de moins de 100 kilomètres). C'est le cas du Mont-Saint-Michel, de la cathédrale de Chartres, des châteaux de la Loire et même de l'aiguille du Midi, à Chamonix. Les 39 forêts d'Ile-de-France sont également à nouveau ouvertes.

- Faire les magasins 

Le déconfinement a également été marqué par la réouverture de l'ensemble des magasins. Les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés peuvent rouvrir leurs portes avec l'accord des préfets, sauf en Ile-de-France, où ils doivent rester fermés – les Galeries Lafayette et le Printemps, boulevard Haussmann, notamment –, en raison du risque sanitaire. Les amateurs de shopping peuvent donc s'en donner à cœur joie, en respectant les consignes d'hygiène mises en place par les magasins.

- Faire une randonnée 

Les marcheurs peuvent de nouveau se dégourdir les jambes en pleine nature. Depuis le 11 mai, la randonnée est autorisée. La Fédération française de randonnée pédestre rappelle que les groupes ne doivent pas dépasser 10 personnes et qu'il faut laisser au minimum deux mètres de distance entre les marcheurs.

Il est également recommandé de favoriser les espaces et les itinéraires les moins fréquentés. La reprise doit "débuter avec des sorties faciles puis augmenter progressivement le niveau", précise la FFRandonnée, qui conseille "d'éviter toute sortie nécessitant une sécurisation par contact physique."

- Pratiquer un sport individuel en plein air

Les joggeurs et les cyclistes peuvent se faire plaisir : les activités sportives individuelles de plein air sont de nouveau autorisées. Le golf peut également reprendre, tout comme le tennis, mais uniquement sur des courts "totalement découverts", a fait savoir le ministère des Sports.

Ce qu'on ne peut toujours pas faire : 

- Se déplacer au-delà de 100 kilomètres

Vous ne pouvez toujours pas vous déplacer à plus de 100 kilomètres de là où vous vous trouvez, à moins d'avoir un motif impérieux, professionnel ou familial. Vous aurez dans ce cas besoin d'une attestation. A noter que même si vous restez dans ce périmètre, et a fortiori si vous en sortez, vous devez être en mesure de présenter un justificatif de domicile lors d'un éventuel contrôle de la police.

Cela peut être une quittance de loyer, une "attestation d'assurance, ou une facture, un chéquier", précisait le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 7 mai. Ce périmètre peut être comptabilisé à partir de l'adresse principale, mais aussi d'une éventuelle adresse secondaire. L'essentiel étant d'avoir sur soi un document justifiant d'une adresse.

- Se rassembler à plus de 10 personnes en extérieur

Les rassemblements sont limités à 10 personnes dans l'espace public mais pas dans les espaces privés ou à domicile, comme l'a indiqué le Conseil constitutionnel. Mais les règles sanitaires doivent continuer à être respectées, rappelle le ministère de l'Intérieur, à commencer par le respect de la distanciation physique.

"Un rassemblement d'une quinzaine de personnes dans un appartement privé d'une même famille, ce ne serait pas responsable. Il faut être prudent (...) éviter de se rencontrer lorsque ces rencontres ne sont pas nécessaires, ne sont pas indispensables", a martelé le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez, jeudi sur LCI.

- Pratiquer un sport à plus de deux personnes ou un sport "à risque" 

Les sports collectifs ou de combat, qui impliquent des contacts, restent proscrits. Les "sports de plein air à risque" sont également interdits depuis le début du confinement, afin de "ne pas prendre le risque de mobiliser les réseaux de soin, d'ores et déjà surchargés", a indiqué le ministère des Sports. L'interdiction concerne l'ensemble des "sports nautiques, sports aériens, mécaniques, de montagne, sports urbains de type skateboard ou roller"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.