Pénurie de masques : Renaud Muselier "donne trois jours à la grande distribution pour prouver qu'elle n'avait pas de stock secret"

Le président de la région PACA a eu lui-même des difficultés à se procurer des masques pour l'Agence régionale de Santé et s'étonne "de la possibilité de ces magasins d'en disposer de plusieurs centaines de millions." L'élu LR menace de porter plainte. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Renaud Muselier, président LR de la région PACA. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Je donne trois jours à la grande distribution pour prouver qu'elle n'avait pas de stock secret de masques pendant la crise", annonce dans un communiqué Renaud Muselier, président de le la région Provence-Alpes-Côte d'Azur mais aussi des Régions de France. L'élu Les Républicains réagit à la polémique déclenchée par une déclaration des Ordres des professions de santé qui se sont offusqués du nombre "sidérant" de masques annoncés à la vente par la grande distribution.

>> Coronavirus : déconfinement, bilans, masques… Retrouvez toutes les informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Renaud Muselier se dit surpris que dans une période "de pénurie incontestable de masques" la grande distribution "annonce, à grand renfort de communication, la mise en vente de centaines de millions" de masques. Ayant eu lui-même des difficultés à s'en procurer pour l'Agence régionale de Santé, il s'étonne "de la possibilité de ces magasins d'en disposer de plusieurs centaines de millions."

Il menace de porter plainte

Une demande de justification "complète de l'achat de ces masques, date de commande et surtout date de livraison à l'appui", a été faite par l'intérmédiaire de Me Régis Rebufat, l'avocat de Renaud Muselier. En cas de confirmation de stockage de la part de la grande distribution, Renaud Muselier "déposera immédiatement plainte pour mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger."

Les acteurs de la grande distribution n’ont "pas de stock caché" de masques chirurgicaux et vivent très mal cette polémique, a assuré, samedi 2 mai sur franceinfo, le délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), Jacques Creyssel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.