VivaTech, le premier grand salon professionnel post-Covid s'ouvre à Paris, mixant présentiel et distanciel

Le rendez-vous international des start-up et des nouvelles technologies débute ce mercredi. Le premier grand événement professionnel en présentiel depuis le début de l'épidémie arbore une forme hybride, pour suivre aussi le salon à distance. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un pass sanitaire à jour est nécessaire pour assister au salon Vivatech en présentiel, au parc des expositions de la porte de Versailles, à Paris. (NOÉMIE BONNIN / FRANCE INFO)

Pour se rendre parc des expositions, porte de Versailles, et assister au salon Viva Technology, il faut avoir un pass sanitaire à jour. Comme pour participer à tout événement rassemblant plus de 1 000 personnes. Ceux qui ne l'auraient pas se voient proposer un test antigénique, dans une tente, installée à l'extérieur. Du gel hydroalcoolique est évidemment à disposition à l'intérieur, et il faut suivre des sens de circulation. 

Toute l'organisation a été repensée, afin de permettre également aux participants de suivre les conférences depuis chez eux. "Toutes nos salles ont un réalisateur, ce qui n'était pas forcément le cas les années précédentes, décrit Caroline Pierret, la commissaire générale de Vivatech. On a un enjeu : cela doit être très dynamique. On a revu les formats de sessions, plus courts, plus intenses, plus séquencés. Changer de plans pour que ce soit dynamique, vivant. Afin de capter l'audience sur le digital." Le nombre de caméras a été doublé.

On compte aussi jusqu'à 20% de personnel en plus par salle de conférence. Et des nouveaux métiers, autour du graphisme vidéo par exemple, ou de l'accompagnement des intervenants à distance. "Il faut gérer un speaker qui sera peut-être en train de parler depuis sa salle à manger, raconte Romain Buiret, directeur de production de PublicisLive, le producteur exécutif du salon. Comment s'habiller, comment se mettre devant une caméra, être bien éclairé... On se retrouve un peu à les coacher, à leur raconter comment cela va se passer." 

Des casques de réalité virtuelle sur les stands

Toutes ces transformations représentent des investissements, parfois lourds, pour les organisateurs, et pour les exposants, bien moins nombreux cette année. Ils sont 1 400, dont un peu plus de la moitié seulement sur place. Loin des 2 000 présents en 2019.

Pour eux, l'enjeu est de taille : attirer des visiteurs à la fois sur Internet, et dans la vraie vie, au salon. "Si vous êtes sur votre ordinateur, vous allez sur la plateforme Vivatech, une plateforme 3D, explique Geoffroy Sirven-Vienot, qui gère le stand d'Orange. Et lorsque vous allez venir au salon, vous aurez la même expérience, avec un casque de réalité virtuelle. Il va vous permettre de vivre, de façon beaucoup plus immersive mais sur la même plateforme, ce que l'on propose." 

5 000 personnes seulement peuvent être présentes en même temps, soit cinq fois moins que lors des éditions précédentes de Vivatech. D'où l'enjeu crucial d'attirer des visiteurs numériques. Ces derniers payent d'ailleurs moins cher l'entrée au salon, 190 euros, contre 350 pour venir sur place.

Vivatech, le premier salon post-Covid en présentiel, mais aussi à distance - Reportage de Noémie Bonnin
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.