Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Pass sanitaire et centres commerciaux : Olivier Faure critique "un périmètre de contraintes un peu large"

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, a appelé le Parlement à corriger le dispositif de pass sanitaire prévu dans le projet de loi qui sera présenté la semaine prochaine en Conseil des ministres.

À trois jours de la présentation du projet de loi sur l’extension du pass sanitaire en Conseil des ministres, Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, a estimé vendredi 16 juillet sur franceinfo qu’il y avait "un périmètre de contraintes" qui lui semblait "un peu large", à propos des conséquences sur la vie quotidienne du dispositif prévu par ce texte.

"Je pense, par exemple, au fait d'accéder à un centre commercial. Il y a un problème. On ne peut pas empêcher les gens de manger parce qu'ils ne sont pas vaccinés. Il y a quelque chose qui doit être corrigé au Parlement", a-t-il dit.

"Vous imaginez qu'à chaque fois que vous faites vos courses, vous devez présenter un test, alors qu'ils seront payants ?"

Olivier Faure

à franceinfo

 

Emmanuel Macron "disait que pour les actes quotidiens, le pass sanitaire ne pouvait pas s'imposer", a rappelé Olivier Faure. Et si "on voit très bien quelle est la volonté, d’arriver à pousser progressivement les gens à la vaccination, c'est une incitation que je comprends mais on ne peut pas avoir un raisonnement qui finisse par être discriminatoire" vis-à-vis des Français non-vaccinés, a-t-il insisté. "Plutôt que d'arriver par la contrainte, j'aurais préféré qu'on arrive justement par la pédagogie, par l'encouragement, et qu'on fasse en sorte que les Français acceptent" de se faire vacciner.

S’il critique donc les modalités d’extension du pass sanitaire, Olivier Faure dénonce également le discours de certains manifestants contre ce pass sanitaire : "Comment peut-on comparer la vaccination à la Shoah ? À l'apartheid ? J'ai même lu des gens qui parlaient de viol. C’est scandaleux de dire des choses pareilles", a-t-il conclu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.