Pass sanitaire en entreprise absent du projet de loi présenté lundi en Conseil des ministres : "C'est le signe que nous avons été entendus", estime Force ouvrière

Le secrétaire confédéral du syndicat FO invite le gouvernement à faire preuve de pédagogie envers les deux millions de salariés non vaccinés plutôt que de les "contraindre".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Michel Beaugas, secrétaire confédéral du syndicat FO, n'était pas favorable à la mise en place du pass sanitaire en entreprise.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le pass sanitaire en entreprise ne fera pas partie du projet de loi présenté lundi 27 décembre en Conseil des ministres. Pour Force ouvrière, "c’est le signe" que les partenaires sociaux ont été "entendus"  lundi 20 décembre, lors de la réunion avec la ministre du Travail, Élisabeth Borne. Sur franceinfo mardi, le secrétaire confédéral FO, chargé de l’emploi et des retraites, estime que "la réflexion n’était pas totalement aboutie dans la présentation de la ministre". Pour lutter contre l’épidémie et l’arrivée du variant Omicron, Michel Beaugas propose de "convaincre du bienfait de la vaccination" plutôt que des les "contraindre".

Franceinfo : Le pass sanitaire en entreprise est absent du projet de loi qui sera présenté lundi en Conseil des ministres. Est-ce le signe que vous, les partenaires sociaux, avez été entendus ?

Michel Beaugas : Il nous semble qu'effectivement, c'est le signe que nous avons été entendus parce que c'est très complexe à mettre en œuvre. L'ensemble des organisations syndicales, dont Force ouvrière, ont dit à la ministre du Travail que l'on n'était pas favorables à une telle mesure parce que ça viendrait contrarier les mesures qui ont déjà été mises en place, notamment dans les entreprises qui reçoivent du public, puisqu’un certain nombre de salariés sont déjà dans l'obligation d'avoir le pass sanitaire. Et quand ils n'avaient pas le pass sanitaire, quand ils n’étaient pas vaccinés, les entreprises se sont arrangées pour les changer de poste. Et si jamais, demain, le pass sanitaire était obligatoire pour tous, un grand nombre de salariés, deux millions selon la ministre du Travail, qui ne sont pas encore vaccinés, verraient probablement leur contrat de travail suspendu. Et là, ça serait vraiment un problème.

D’après les informations de franceinfo, le gouvernement envisage tout de même d'introduire plus tard cette disposition par décret. Mais ça n’est pas ce qui vous a été dit ce lundi ?

Non. On nous a bien dit que pour les entreprises, c’était le pass sanitaire et pas un pass vaccinal. Mais je pense que ça deviendra, à terme, pratiquement une obligation, quand le pass vaccinal sera obligatoire en France. Et puis surtout, ce que j'ai entendu dire, c'est qu'à l'Assemblée nationale, le pass sanitaire en entreprise, même s'il n'est pas dans le projet de loi demain, pourrait revenir par voie d'amendement.

"Je pense que là, pour le coup, le gouvernement manque un peu de courage. S’il veut appliquer le pass sanitaire dans les entreprises, qu'il le dise, mais qu'il ne laisse pas faire les députés."

Michel Beaugas, secrétaire confédéral FO

à franceinfo

Face à l’émergence du variant Omicron, quelles mesures à mettre en place dans les entreprises avez-vous pu proposer à la ministre du Travail ?

Dans un premier temps, il faut informer les salariés. Je rappelle que sur 19 millions de salariés dans le privé et six millions de fonctionnaires, deux millions de personnes ne sont pas vaccinées. Donc il faut les convaincre du bienfait de la vaccination. À Force ouvrière, nous ne sommes pas opposés à la vaccination, bien au contraire. Il faut protéger le citoyen. Il faut protéger les salariés. Maintenant, il faut convaincre plutôt que contraindre. Et là, avec les mesures qui sont mises en œuvre, on va plutôt vers la contrainte. Alors nous, on a proposé à la ministre du Travail que le gouvernement écrive à tous les salariés pour mettre en exergue les bienfaits de la vaccination. Ce sont des choses comme ça qui permettent d'informer au mieux. Même si le gouvernement, jusqu'à présent, a fait preuve de pédagogie, je le reconnais. Il faut aller un peu plus loin. Il faut toucher personnellement tous les salariés pour qu’ils prennent conscience de l'importance de se faire vacciner pour se protéger soi-même et sa famille.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.