Outre-mer : l’épidémie révélatrice d’une profonde crise sociale

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Article rédigé par
G.Giordana - franceinfo
France Télévisions

Alors que les actes de violences ne faiblissent pas en Guadeloupe, les raisons de cette colère dépassent le cadre purement sanitaire. Gael Giordana, journaliste France Télévisions explique les origines de la contestation.

En effet, les habitants dénoncent la vie chère depuis des années. Selon la dernière étude de l’Insee en 2016 sur les prix pratiqués en Outre-mer, la Martinique et la Guadeloupe ont des tarifs de près de 12% plus élevés qu’en métropole. Gael Giordana précise que ces chiffres cachent des disparités. En effet, en Martinique, les transports sont moins chers qu’en métropole. En revanche, les produits alimentaires, l’alcool et les télécommunications sont 38% plus chers qu’en France métropolitaine et 33% plus chers pour la Guadeloupe.

Des mesures mises en place insuffisantes

En 2009, après la grève illimitée de 40 jours qui avait touché la Guadeloupe et la Martinique, un bouclier qualité prix avait été mis en place. Cette mesure est une liste de produits dont le prix global maximum est fixé par arrêté préfectoral chaque année. Une prime "vie chère" existe également. Elle permettait le versement, par l’Etat et les entreprises, de 100 à 200 euros d’aide. Toutefois, cette prime n’est plus obligatoire. Enfin, le taux de chômage est élevé dans les Outre-mer : 20,6 % en Guyane et 24,5 % à La Réunion.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.