"Je ne sais plus quoi faire" : une semaine après l'instauration du pass sanitaire, certains secteurs voient leur clientèle s'effondrer

Cinémas, salles de sport, zoo... De nombreux secteurs concernés par le pass sanitaire, mis en place au 21 juillet, ont vu leur fréquentation s'effondrer. Certains tentent de trouver des solutions pour faire revenir les clients. 

Article rédigé par
Mathilde Ansquer, édité par Clémentine Vergnaud - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une salle de cinéma à Orléans, le 19 mai 2021 (illustration). (PIERRE-ANTOINE LEFORT / RADIO FRANCE)

Présenter un QR code à l'entrée des lieux de culture et de loisirs rassemblant plus de 50 personnes : la mesure a fait son entrée dans la vie des Français le 21 juillet, avec la mise en place du pass sanitaire pour lutter contre la propagation du Covid-19. Une semaine après sa mise en place, la mesure inquiète les professionnels concernés : ils sont nombreux à observer une baisse de la fréquentation. Selon les secteurs, elle est comprise entre 40 et 70% de la clientèle habituelle.

Au cinéma, la programmation alléchante ne suffit pas 

Au cinéma, par exemple, on a enregistré au niveau national 70% d'entrées en moins pour le premier jour du pass sanitaire, alors qu'il s'agissait d'un mercredi, jour de sortie des films. "C'est vraiment un choc", confie Thierry Tabaraud, qui exploite cinq salles dans le nord-est de la France. "Sur le total de mes entrées, on est passé de 2 700 à 400", déplore-t-il. La situation ne s'est pas arrangée depuis, malgré une programmation alléchante. "Il y a un des plus gros films français - Kameloot - qui est sorti mais ça n'a pas permis de remonter les chiffres... Je ne sais plus quoi faire."

Au-delà des cinémas, les salles de sport ont aussi vu les clients se faire rares. L'été n'est jamais une période faste puisque les abonnés partent en vacances mais le pass sanitaire semble avoir encore plus vidé les salles qu'à l'accoutumée. "La plupart des clients n'étaient pas vaccinés. Ils nous ont prévenus qu'ils n'allaient pas venir et ils ont préféré bloquer leurs abonnements", se désole Sadok Sellani, qui gère une salle à Vertou, près de Nantes.

"Entre le faible chiffre d'affaires et le blocage des abonnements, on est inquiets."

Sadok Sellani, gérant d'une salle de sport près de Nantes

à franceinfo

Pour tenter de relancer la fréquentation de leur site et sauver leur saison, certains professionnels tentent de trouver es solutions. "On souhaite mettre en place un centre de dépistage au zoo", explique ainsi Pierre Caillé, directeur du zoo de La Palmyre, en Charente-Maritime. "L'idée est d'installer une tente à proximité de l'entrée du parc avec un système de tests antigéniques." En quinze minutes, le client recevrait son résultat. "Il recevrait un sms avec l'attestation et le QR code qui pourrait être scanné à l'entrée du parc." Le directeur espère voir cette tente devant son zoo d’ici à la fin du mois de juillet, convaincu que c'est pour lui la seule façon de sauver la saison. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.