Parloirs, transferts de détenus, ateliers... les nouvelles règles dans les prisons pour la deuxième phase du déconfinement

Plus de parloirs, plus de visiteurs, les enfants autorisés... Les règles carcérales s'assouplissent également.

Le port du masque et les gestes barrière restent obligatoire au parloir mais les détenus pourront recevoir de nouveau leurs enfants (photo d\'illustration).
Le port du masque et les gestes barrière restent obligatoire au parloir mais les détenus pourront recevoir de nouveau leurs enfants (photo d'illustration). (CÉCILE SOULÉ / FRANCE-BLEU LORRAINE NORD)

De nouveaux assouplissements en ce qui concerne les parloirs et certaines activités sont prévus dans les prisons à partir de mardi 2 juin, date de début de la deuxième phase du déconfinement, indique une note interne du directeur de l'administration pénitentiaire que franceinfo a pu consulter.

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

La limitation à un parloir par semaine peut être levée par les chefs d'établissement, et les enfants sont désormais autorisés à rendre visite aux détenus, s'ils sont accompagnés d'un majeur. Deux visiteurs par détenu sont autorisés. Toutefois, les parloirs restent limités à une heure et les règles de distanciation physique doivent être respectées.

Si les conditions sanitaires le permettent, les enseignements, la formation professionnelle et les ateliers peuvent reprendre dans toutes les prisons. Ils avaient déjà repris dans certains établissements depuis le 11 mai. Les entretiens individuels avec un aumônier sont également de nouveau autorisés.

Les transferts internationaux de détenus reprennent

Les transferts entre maisons d'arrêts restent suspendus jusqu'à nouvel ordre, sauf s'ils sont liés à des désencombrements, au cas par cas. Les détenus provenant d'établissements situés en zone "orange" doivent être placés en quatorzaine, et doivent faire l'objet d'un test virologique au septième jour. Sils refusent, ils sont maintenus en quatorzaine. Les transferts internationaux de détenus écroués à l'étranger peuvent reprendre.

L'administration rappelle l'importance des gestes barrières, et notamment une hygiène renforcée des locaux. Le port du masque reste obligatoire pour le personnel, qui va se voir remettre des masques lavables et réutilisables.