C'est mon boulot, France info

Open space, machine à café, télétravail : ces habitudes qu’il va falloir changer

Parmi les changements à venir : des parois en plexiglas vont être installées sur les bureaux ou encore l’accès aux espaces de restauration et aux machines à café sera fortement limité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un salarié travaille avec une glace en plexiglass devant son bureau à Bochum (Allemagne). Photo d\'illustration.
Un salarié travaille avec une glace en plexiglass devant son bureau à Bochum (Allemagne). Photo d'illustration. (CAROLINE SEIDEL / DPA)

C'est le 1er-Mai, journée internationale des travailleurs, nous nous  penchons toute la journée sur les conséquences de la pandémie de coronavirus sur notre vie au travail.

Ce qui est sûr c'est que toutes nos habitudes changent déjà. Huit semaines de confinement, à faire attention à tout : au bouton de l’ascenseur, à la poignée de porte, à la nourriture du supermarché. Huit semaines à changer de trottoir pour éviter de croiser ses congénères. Et d’un coup le retour dans l’open space, autour de la machine à café, dans l’ascenseur et les couloirs de l’entreprise.

Beaucoup d’entreprises se sont organisées pour ne pas reprendre comme avant. L’ANDRH, qui regroupe quelque 5 000 professionnels des ressources humaines, a sondé ses troupes. Résultat, ainsi que le rapporte le site spécialisé ActuEL RH : des salles de réunions vont se transformer pour accueillir des salariés qui seront  "sortis" de l’open space, des parois en plexiglas vont être installées sur les bureaux, comme cela se pratique dans les supermarchés, et l’accès aux espaces de restauration et aux machines à café sera fortement limité.

La machine à café et les distributeurs de boissons et de confiserie sont particulièrement dans le collimateur. Le ministère du Travail, dans certaines des fiches conseils qu’il adresse aux différents métiers, recommande de supprimer les fontaines à eau et les distributeurs. Ailleurs, il incite les entreprises à condamner les fontaines à eau à commande manuelle et à désinfecter au moins deux fois par jour les distributeurs. Des mesures qui alertent les professionnels de ce secteur. Les gestionnaires de distributeurs de café et de boissons ont déjà perdu 80% de leur chiffre d’affaires depuis le début de la crise. Ils appellent les entreprises à la raison et au discernement. Ils craignent que nombreuses soient celles qui bannissent purement et simplement les machines à café.

Un open space moins dense

L’Organisation mondiale de la santé et le Conseil scientifique chargé de conseiller le gouvernement recommandent un open space moins dense. L'OMS appelle de ses voeux le maintien du télétravail sur la totalité ou plus de la moitié du temps de travail. Davantage de salariés en télétravail, c’est un open space moins chargé. Une étude menée sur des contaminations survenues dans un centre d’appels de Séoul a montré que l’open space était un site à haut risque pour la propagation du virus. Et une étude danoise de 2011 avait déjà montré que les salariés travaillant en open space étaient absents deux fois plus souvent que ceux qui disposaient d’un bureau fermé.

Si les entreprises n’ont pas les moyens d’attribuer un espace individuel à chaque salarié, on pourrait se diriger vers une généralisation du "flex office", où plus personne n’a d’espace attribué. Des bureaux faciles à nettoyer avant chaque prise de poste, et en moins grand nombre.
 

Un salarié travaille avec une glace en plexiglass devant son bureau à Bochum (Allemagne). Photo d\'illustration.
Un salarié travaille avec une glace en plexiglass devant son bureau à Bochum (Allemagne). Photo d'illustration. (CAROLINE SEIDEL / DPA)