"On sortira jusqu'à 22 heures, ou plus" : ces jeunes qui veulent contourner le couvre-feu

Près de 20 millions de Français s'apprêtent à faire l'expérience du couvre-feu. La mesure entre en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi, à minuit. Mais certains jeunes comptent bien retrouver leurs amis malgré tout.

Article rédigé par
Alice Kachaner - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dès samedi, les bars et restaurants devront fermer leurs portes à 21 heures.  (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Faire la fête malgré le couvre-feu. Certains étudiants ont déjà prévu de se réunir le soir après 21 heures pour des "soirées pyjamas". "On ira dormir chez les autres, raconte un jeune Parisien. J'ai des amis qui sont en colocation, on peut se retrouver à six chez eux."

>> Suivez dans notre direct les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19

Sans aller jusque là, certains vont se laisser un peu de liberté. "Je ne vais pas tricher, mais des fois on sortira jusqu'à 21h30, 22 heures ou un peu plus", estime un étudiant en commerce. Le couvre-feu, "c'est un peu ridicule", déplore une lycéenne. "Dans les classes, on est tous collés, il n'y a pas la distance de 1 mètre. Le virus il n'est pas là en journée mais de 21 heures à 6 heures, il est là ?" fait-elle mine de s'interroger en ajoutant qu'elle prendra le risque de sortir après 21 heures.

Des mesures difficiles à supporter

"C'est dur d'avoir 20 ans en 2020", a reconnu Emmanuel Macron, mardi, au moment de l'annonce du couvre-feu. La psychologue Anne Siety confirme : "Toutes ces mesures sont difficiles à supporter, encore plus pour les jeunes qui sont en recherche de contacts. Certains sont dans un moment où les adultes leur pèsent, où ils trouvent leur identité dans leur groupe d'âge. Et ne pas voir les potes, c'est très difficile."

Ce besoin de contacts sera sans doute freiné par l'amende de 135 euros prévue en cas d'infraction au couvre-feu. 

Les jeunes, leurs amis et le couvre-feu : écoutez le reportage d'Alice Kachaner. - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.