Nouveau coronavirus : la Chine relève le bilan à 9 morts et plus de 440 contaminations

Ce virus, qui se transmet par les voies respiratoires, "pourrait muter et se propager plus facilement", a indiqué un responsable des autorités sanitaires chinoises.

Des personnes portent un masque de protection dans la rue à Pékin en Chine, le 21 janvier 2020.
Des personnes portent un masque de protection dans la rue à Pékin en Chine, le 21 janvier 2020. (ANNA RATKOGLO / SPUTNIK)

L'épidémie s'étend. Le nouveau coronavirus qui frappe la Chine a fait trois nouveaux décès. Au total, neuf personnes sont mortes dans le pays et plus de 440 cas ont été recensés, ont annoncé les autorités sanitaires mercredi 22 janvier. Le précédent bilan faisait état d'environ 300 cas et de six morts, tous à Wuhan, ville à l'épicentre de l'épidémie.

Ce virus, qui se transmet par les voies respiratoires, "pourrait muter et se propager plus facilement", a indiqué le vice-ministre de la commission nationale de la santé.  Celui-ci a annoncé des mesures pour contenir la nouvelle et mystérieuse maladie, notamment la désinfection et la ventilation des aéroports, des gares et des centres commerciaux.

Les autorités chinoises redoutent que le virus puisse se propager à la faveur des longs congés du Nouvel an chinois, qui commencent vendredi, et donnent lieu chaque année à des centaines de millions de voyages en car, en train ou en avion dans l'ensemble du pays. 

L'OMS se réunit en urgence

Près de la moitié des provinces de Chine sont touchées par l'épidémie, y compris des mégapoles comme Shanghai et Pékin. Un cas a été décelé à Macao, capitale mondiale des jeux d'argent, où les employés de casinos devront porter des masques.

Alors que des cas ont été confirmés au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande, à Taïwan et aux Etats-Unis, un comité ad hoc de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se réunit mercredi à partir de 18 heures pour déterminer s'il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale".

Nombre de pays asiatiques ayant des liaisons aériennes directes ou indirectes avec Wuhan ont renforcé les contrôles des passagers à l'arrivée. Même la Corée du Nord, proche alliée de Pékin, s'apprêterait à fermer ses frontières pour se protéger.