Mort de Grichka et Igor Bogdanoff : ils "n'étaient pas des anti-vaccins", clame leur avocat

Maître Edouard de Lamaze a affirmé lundi sur franceinfo que le vaccin "n'était pas du tout pour eux un obstacle", après la mort d'Igor Bogdanoff, six jours après son frère Grichka. Les deux animateurs n'étaient pas vaccinés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les frères Bogdanoff le 21 septembre 2015 à Garches (Hauts-de-Seine). (THOMAS SAMSON / AFP)

"On vient de perdre deux grands animateurs", a déclaré lundi 3 janvier sur franceinfo l'avocat des frères Bogdanoff, après la mort d'Igor, six jours après son frère Grichka. Selon maître Édouard de Lamaze, les jumeaux avaient prévu d'animer à nouveau leur émission phare "Temps X" mais "tout est arrêté par la mort". "Ce n'étaient pas des anti-vaccins", tient par ailleurs à préciser l'avocat alors que les deux frères sont tous les deux décédés des suites du Covid-19, selon lui.

franceinfo : Quelle est votre réaction après la mort d'Igor Bogdanoff ?

Édouard de Lamaze : Au-delà de la tristesse et des condoléances qu'on adresse à la famille, il y a la prise de conscience qu'on vient de perdre deux grands artistes, deux grands animateurs et des bons amis des téléspectateurs depuis les années 80. Ils avaient de grands projets. Tout est arrêté par la mort.

Ils avaient notamment prévu d'animer à nouveau leur émission phare "Temps X" ?

Oui, l'idée est venue qu'ils pouvaient refaire vivre cette vulgarisation des expériences scientifiques et des savoirs scientifiques par les nouveaux moyens de communication, Internet et tous les moyens d'échanges participatifs, pour que, au fond, les gens renouent avec la science devenue de plus en plus inaccessible. Ils disaient qu'il fallait la ramener aux idées de chacun et à la connaissance de chacun.

C'est troublant que ces deux frères inséparables dans la vie meurent à quelques jours d'écart.

C'est absolument incroyable. On n'aurait pas pu l'écrire. Ceci dit, ils auraient presque voulu que ça se passe comme ça. Pour eux, c'était une telle communion permanente. Quand je les recevais à mon cabinet, ils venaient toujours tous les deux, parlaient toujours l'un après l'autre et ne se contredisaient jamais. Ils ne faisaient que se compléter et s'enrichir de la parole de l'autre. C'était exceptionnel.

Les frères Bogdanoff ont aussi connu certains déboires au début des années 2000 avec une polémique sur la validité de leurs travaux scientifiques... Est-ce leur défiance aujourd'hui envers les vaccins qui leur a coûté la vie ?

Non, pas du tout. Pour avoir vraiment traité ce dossier du CNRS que vous évoquez, ce n'est pas du tout la même approche. Là, il y avait une accusation tout à fait infondée sur la réalité de leurs travaux. Maintenant, ils avaient un regard sur le vaccin et en connaissaient parfaitement le principe. Ils l'avaient d'ailleurs enseigné grâce à des ONG à travers le monde. Ce n'était pas du tout pour eux un obstacle. Ce n'étaient pas des anti-vaccins. Alors maintenant, on peut se poser la question : "Pourquoi n'étaient-ils pas vaccinés ?" Là, on rentre dans un domaine beaucoup plus intime, qui est celui du secret médical et de la pudeur. Ce n'est certainement pas à moi, avocat, de poser la question.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.