Covid-19 : des restrictions locales pour limiter la quatrième vague

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : des restrictions locales pour limiter la quatrième vague
FRANCEINFO
Article rédigé par
J. Lonchampt, C. Rougerie, S. Boujamaa, P.-L. Monnier, S. Guibout, A. Delabre, O. Labalette, V. Gustin - franceinfo
France Télévisions

La quatrième vague de coronavirus frappe surtout le littoral français. Pour tenter de contrer la propagation du variant Delta, c'est au niveau local que de nouvelles restrictions sont prises.

Avec plus de 21 000 nouveaux cas en 24 heures, la menace d'une nouvelle vague de Covid-19 plane sur la France mercredi 21 juillet. Le gouvernement mise cette fois sur des mesures territoriales. Jusqu'à présent, c'est la façade atlantique et la côte méditerranéenne qui sont les plus touchées. Quatre départements ont dépassé la ligne rouge des 200 cas pour 100 000 habitants, comme l'Hérault, où le port du masque en extérieur est redevenu obligatoire, mercredi, un mois seulement après sa disparition. "Ça gâche les vacances", lâche un vacancier. Une mesure inévitable selon le préfet Hugues Moutouh : "Si nous ne prenons pas une première mesure un peu choc pour ralentir cette forte croissance, nous allons connaître une explosion du Covid".

Le Pr Crémieux prône le port du masque

En Charente-Maritime, pas encore au-dessus de la barre des 200 cas pour 100 000 habitants, le masque est également redevenu obligatoire dans une cinquantaine de communes face à la multiplication du nombre de personnes infectées. Les vacanciers ne sont pas tous au courant. Mais cette mesure suffira-t-elle à freiner la progression du variant Delta, plus contagieux ? "Dans les endroits où la distance de deux mètres ne peut pas être respectée (...), garder un masque c'est vraiment une sécurité supplémentaire", explique l'infectiologue Anne-Claude Crémieux. En Haute-Corse, le pass sanitaire sera même exigé dans les restaurants à partir du mercredi 28 juillet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masques sanitaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.