Locaux à désinfecter, 4 m² de distance entre salariés, sens unique de circulation... Le protocole de déconfinement pour les entreprises dévoilé

Pas question de prendre la température des salariés ni de mener des campagnes de dépistage en interne. Le travailleur est "invité" à mesurer lui-même sa température "en cas de sensation de fièvre".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Selon le protocole prévu par le ministère du Travail, la distance physique entre deux personnes, au sein de l’entreprise, ne pourra être inférieure à"4 m2" , quelque soit le type d'espace. (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

Le ministère du Travail vient de publier, dimanche 3 mai, un protocole que toutes les entreprises vont devoir respecter dans le cadre du déconfinement, à partir du 11 mai. Le télétravail doit rester la norme, surtout en Île-de-France. Mais pour les salariés qui vont retourner physiquement au travail, il y aura des consignes strictes à observer.

>> Coronavirus : déconfinement, bilans, masques… Retrouvez toutes les informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"4 m2", c'est la "distance physique" qui devra séparer deux personnes au sein de l’entreprise, que ce soit dans un open space, dans l’ascenseur ou encore à la cafétéria et dans un couloir. Ainsi, un ascenseur de 8 m² pourra contenir deux personnes maximum. Il faudra, par ailleurs, "privilégier une personne par bureau".

Pour un espace de travail de 100 m², on ne pourra pas dépasser 25 personnes au total. Et si cette règle de distanciation sociale ne peut pas être respectée, le port du masque devient "obligatoire". C’est à l’entreprise d’en fournir à ses salariés. Il faudra par contre "éviter de porter des gants", qui donnent "un faux sentiment de protection" car eux-mêmes "vecteurs de transmission" du coronavirus.

Pour éviter aux employés de se croiser, un "sens unique de circulation" dans "les ateliers, couloirs et escaliers" avec "marquage lisible au sol" fait partie des "bonnes pratiques à promouvoir", tout comme la "réorganisation des horaires pour éviter les arrivées nombreuses".

Auto-surveillance de la température

Les locaux doivent eux être désinfectés tous les jours, et même plusieurs fois par jour pour tout ce qui sera touché par de nombreux salariés tels que les interrupteurs, les poignées de porte, les rampes d’escalier... Il faudra également "aérer régulièrement", toutes les trois heures, les pièces fermées, "pendant au moins 15 minutes".

En revanche, pas question de prendre la température des salariés ni de mener des campagnes de dépistage en interne. C'est "exclu" dixit le ministère du Travail. L’employeur engage sa responsabilité civile et pénale, mais le salarié est "invité" à mesurer lui-même sa température "en cas de sensation de fièvre", et plus généralement, "d'auto-surveiller" l'apparition de "symptômes évocateurs". Quant aux campagnes de dépistage du Covid-19 organisées par les entreprises pour leurs salariés, elles ne sont "pas autorisées".

Ces consignes, souligne le ministère du Travail, s’appliqueront "à toutes les entreprises du territoire national", peu importe leur taille ou leur situation géographique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.