Les différentes stratégies en Europe face au coronavirus

Chaque pays européen gère la crise à sa manière. Italie, Espagne, Allemagne, Royaume-Uni : comment les gouvernements européens gèrent leur communication et pour quels effets ?

A chaque dirigeant sa propre communication de crise. Dès le début de l'épidémie, Angela Merkel, la chancelière allemande a pris la chose avec gravité et alerté la population dans un entretien au journal Bild : "C'est un virus grave, il va infecter 60 à 70% de la population allemande". Un ton sérieux et des tests réalisés massivement dès la mi-mars. Au Royaume-Uni, la communication et la stratégie sont radicalement différentes. Le Premier ministre Boris Johnson prône l'immunité de groupe, tarde à décider le confinement et continue à serrer des mains pour montrer l'exemple avant de faire volte-face et d'adopter un ton plus solennel après son hospitalisation.

L'Italie et des mesures drastiques assumées

Le ton est encore plus grave en Italie, pays le plus endeuillé d'Europe avec près de 24 000 morts. Le confinement a démarré le 9 mars et Giuseppe Conte, le président du conseil, a pris très tôt la décision de le prolonger jusqu'au 3 mai. Une communication qu'il assume et dont il prend l'entière responsabilité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, lors d\'une conférence de presse à Naples (Italie), le 27 février 2020.
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, lors d'une conférence de presse à Naples (Italie), le 27 février 2020. (ELIANO IMPERATO / CONTROLUCE / AFP)