La vente de paracétamol limitée à une boîte par personne sans symptôme à partir de mercredi

Ce sera deux boîtes en cas de fièvre ou douleurs, précise l'agence du médicament, qui s'inquiète des risques de "stockage inutile" au détriment de ceux qui en ont besoin

La dose quotidienne de paracétamol ne doit jamais dépasser 3 grammes par jour. 
La dose quotidienne de paracétamol ne doit jamais dépasser 3 grammes par jour.  (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

La vente de paracétamol, médicament recommandé pour combattre les symptômes dus au coronavirus, sera restreinte en pharmacie et suspendue sur internet à partir de mercredi 18 mars, a annoncé mardi l'Agence du médicament (ANSM). La vente se limitera à une boîte par personne sans symptôme ou deux boîtes en cas de fièvre ou douleurs, ajoute l'agence qui s'inquiète des risques de "stockage inutile" au détriment de ceux qui en ont besoin.

>> Pandémie, confinement... Suivez les dernières informations sur le coronavirus avec les équipes de franceinfo

Ces mesures s'appliquent aux boîtes de 500 mg et de 1 000 mg. En cas de douleur et/ou de fièvre, notamment dans "le contexte de COVID-19", l'utilisation du paracétamol doit être privilégiée en respectant les règles de bon usage, rappelle l'agence sanitaire. "Utilisé à bon escient, le paracétamol est un médicament sûr et efficace", souligne-t-elle. Le groupe français Sanofi, producteur de doliprane, a indiqué avoir constaté "effectivement une augmentation de la demande de paracétamol".

"Il n'y a pas de pénurie sur ces médicaments"

"Nous sommes tous responsables et chacun doit avoir un comportement raisonné dans l'achat de ses médicaments, en se limitant à la quantité dont on a effectivement besoin", a souligné le groupe.

"Les pharmacies sont ouvertes, il n'y a pas de pénurie sur ces médicaments, il faut prendre ce dont on a besoin et ne pas aller plus loin", a insisté Frédéric Collet, le président du Leem (Les entreprises du médicament), appelant à la responsabilité des usagers, tout en notant qu'il n'y a pas de pénurie à ce stade de médicaments.

L'agence sanitaire rappelle par ailleurs sa mise en garde contre "les anti-inflammatoires - dont l'ibuprofène - (qui) peuvent masquer une infection et potentiellement avoir un effet aggravant dans certaines situations". Elle recommande cependant aux patients traités par anti-inflammatoires ou par corticoïdes, de ne pas arrêter leur traitement et de ne pas hésiter à se rapprocher de leur médecin pour les interroger sur la conduite à tenir. 

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

Eclairage. Cinq questions sur l'attestation nécessaire pour sortir de chez soi pendant le confinement

• Pratique. Aller au travail, voir des proches, faire du sport... Que sera-t-il possible de faire (ou non) pendant la période de confinement ?

• Désintox. Boissons chaudes, soleil, tests à faire soi-même... Nous avons passé au crible les pseudo-conseils envoyés par un message viral

• Infographie. L'épidémie en France suit toujours une trajectoire similaire à celle de l'Italie (à huit jours d'écart)

• VIDEO. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation