"Le cœur y est, mais on ne s'embrasse pas" : les fêtes de famille chamboulées par le coronavirus

À l'heure où les rassemblements sont fortement déconseillés afin de juguler l'épidémie de coronavirus, la tenue des anniversaires, mariages, cousinades, est en question.

Des personnes trinquent au champagne (illustration).
Des personnes trinquent au champagne (illustration). (MAUD DUPUY / HANS LUCAS)

12h30, les premiers invités arrivent chez Jacques, à Wissous (Essonne), qui fête ses 60 ans. Il a maintenu l'événement, malgré l'épidémie de coronavirus Covid-19 et les dernières mesures annoncées par le gouvernement. Il est, entre autres, vivement déconseillé de se rassembler. Chez Jacques, les convives arrivent tout de même, les bras chargés de cadeaux. Les retrouvailles se font à distance : "Donc on ne s'embrasse pas ? Non, le cœur y est, mais non, on ne sait jamais. C'est un peu froid, mais c'est mieux." Pas de bisou, sauf pour la petite dernière de la famille, Louise, deux ans. "Tant pis, je craque, je l'embrasse quand même, sur le haut des cheveux."

Avant de passer à table, il y a l'étape obligatoire de lavage de mains, dans la salle de bains. Catherine, la femme de Jacques, a tout prévu : "J'ai mis ce qu'il fallait dans les toilettes, il y a plusieurs serviettes. C'est pour éviter de déposer des microbes !"

On en a discuté avant, pour que tout le monde soit bien en phase et pèse le pour et le contre, on a décidé de maintenir ce rassemblement.Jacquesà franceinfo

Sur les 14 invités prévus initialement, ils ne sont que 12 autour de la table. Jacques et ses proches ont choisi de maintenir le repas, tout en écartant les plus fragiles : "Notre mère, qui a 90 ans, reste chez elle depuis déjà quelque temps, donc aujourd'hui aussi. Et puis j'ai un beau-frère qui a de l'asthme, qui a préféré ne pas venir."

Des mesures de confinement que certains membres de la famille trouvent exagérés, comme Sylvie : "Je pense que c'est disproportionné par rapport à la réalité et j'espère que l'avenir va nous le dire bientôt. Ce qui est le plus contagieux actuellement, ce n'est pas le Covid-19, mais la panique que ça génère."

Au menu des discussions : comment concilier télétravail et occupation de la petite Louise, dont la crèche ferme lundi. Sa mère, Morgane, évoque ses solutions : "On a fait une commande via internet de Lego. Après, on va sortir la pâte à modeler, les feutres... Il y a encore la sieste, c'est la chance que je vais avoir." Quoi qu'il en soit, à Wissous, le coronavirus est bien loin de venir gâcher la fête. "Joyeux anniversaire !", lance la famille à Jacques. "Je pense que tu t'en souviendras de tes 60 ans !"