La présidente du Val-d'Oise dénonce le maintien "stigmatisant" en zone rouge pour les indicateurs sanitaires du département

C'est "scandaleux et incompréhensible" estime Marie-Christine Cavecchi. Elle dénonce des indications sanitaires faussées par des tests trop tardifs.

Marie-Christine Cavecchi, la présidente du département du Val-d\'Oise.
Marie-Christine Cavecchi, la présidente du département du Val-d'Oise. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le Val-d'Oise reste classé en zone rouge, selon la présentation jeudi par Édouard Philippe de la phase 2 du déconfinement. Un classement "stigmatisant", pour Marie-Christine Cavecchi, la présidente du département du Val-d'Oise, qui fait part de sa colère vendredi 29 mai dans un communiqué et sur France Bleu Paris.

>> Suivez les dernières informations sur le coronavirus et ses conséquences dans notre direct.

Sur la nouvelle carte du déconfinement présentée par le Premier ministre pratiquement la totalité des départements sont classés en vert, sauf la région Ile-de-France, Mayotte et La Réunion qui sont désormais classés en orange. Mais, pour les seuls indicateurs sanitaires, le Val-d'Oise et de Mayotte restent en rouge. Ce classement n'est pas justifié, estime la présidente du Val-d'Oise puisque "les indicateurs ne sont pas fiables car ils sont très volatiles dans une région où nous sommes tous mobiles d’un département à l’autre", a-t-elle expliqué sur France Bleu. 

Je suis assez en colère. Il n'y a pas plus de malades dans le Val-d'Oise qu'ailleurs en Ile-de-France. Marie-Christine Cavecchi, la présidente du département du Val-d'Oiseà France Bleu

Les tests ont été faits trop tardivement. "On les a commencés la semaine dernière sur une partie de notre département", dénonce Marie-Christine Cavecchi. Pour elle, ce classement est "scandaleux et incompréhensible" car il vise à "pointer du doigt" le département.

"Cela fragilise une fois de plus notre image et les acteurs touristiques du Val-d’Oise qui sont prêts à accueillir de nombreux touristes cet été. Je pense aussi au monde économique qui va souffrir de cette mise à l’index", regrette-t-elle dans son communiqué. "Notre département n'a pas besoin de ça, on a eu un manque d'équipements lourds depuis des années et on se retrouve encore montré du doigt", dénonce-t-elle.

Il faut "amplifier les campagnes de tests dans les plus brefs délais sur l’ensemble du territoire pour avoir une juste mesure de la réalité en Val-d’Oise", demande Marie-Christine Cavecchi.