"Je peux être infecté par le coronavirus, personne n'a regardé" : l'inquiétude des derniers Français à avoir pu quitter Wuhan

La ville de Wuhan, foyer de l'épidémie du coronavirus, est désormais coupée du monde. Le dernier vol direct vers Paris est arrivé jeudi, avec à son bord les derniers Français chanceux de pouvoir quitter le pays.

Des passagers du vol Wuhan-Paris CDG, jeudi 23 janvier, dernière liaison aérienne avant la mise en quarantaine de la ville, foyer de l\'épidémie du coronavirus.
Des passagers du vol Wuhan-Paris CDG, jeudi 23 janvier, dernière liaison aérienne avant la mise en quarantaine de la ville, foyer de l'épidémie du coronavirus. (BENJAMIN ILLY / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

À l'arrivée à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, jeudi 23 janvier, les passagers du vol AF139 en provenance de Wuhan sont soulagés : "Ah ! c'était le dernier vol, c'était celui-là ou rien !" Masques sur les visages, tous se rendent bien compte qu'ils ont frôlé la mise en quarantaine.

>> DIRECT. Nouveau coronavirus : un premier mort en Chine hors du foyer de l'épidémie, annoncent les autorités

Wuhan, la huitième ville la plus peuplée de Chine, est à l'arrêt, les liaisons aériennes ont été suspendues. La Chine déploie de grands moyens pour stopper la propagation du coronavirus, qui a déjà tué 18 personnes : les 11 millions d'habitants ont désormais interdiction de sortir de l'agglomération, sauf autorisation spéciale.

"C'est une ville presque morte"

Philippe travaille à PSA, il vit à Wuhan avec son épouse Véronique. "Notre avion n'était pas plein parce que les gens n'ont pas pu y accéder, explique Véronique. Je pense que l'aéroport a été fermé une demi-heure après nous. L'armée est arrivée après qu'on soit entré dans l'aéroport et les gens ne pouvaient plus atteindre les avions." Philippe poursuit : "Je pense qu'Air France a réussi à avoir la dernière autorisation, et Dieu soit loué."

Tous les Français qui sont là-bas n'avaient qu'une envie, c'était de quitter Wuhan avant que la ville ne soit fermée.Philippeà franceinfo

Ils racontent les routes bloquées, les gens coincés : "Ils ont fermé les péages, ceux qui sont partis à 8 heures pouvaient partir, mais après 10 heures c'était fini, ils ne pouvaient plus sortir." Pour Philippe, Wuhan est aujourd'hui "une ville presque morte", où les magasins ont été "dévalisés" : "Il y a une pénurie. Tous les Chinois, comme les Français, ont acheté des provisions parce qu'ils vont rester quinze jours coincés chez eux, ou trois semaines coincés chez eux."

Une brochure a été distribuée à l\'arrivée aux voyageurs venant de Wuhan.
Une brochure a été distribuée à l'arrivée aux voyageurs venant de Wuhan. (BENJAMIN ILLY / RADIO FRANCE)

Pour ceux qui ont réussi à rentrer en France, il a d'abord fallu passer le test des caméras thermiques à l'aéroport de Wuhan, mais à Roissy, "rien du tout", aucun contrôle de température. "Je peux avoir 40°C de fièvre et être infecté, personne n'a regardé", rétorque Philippe.

>> "Je pense avant tout à ma santé, j'ai annulé mon voyage" : dans l'une des grandes gares de Pékin, le coronavirus inquiète

"C'est très inquiétant", ajoute Pierre, un autre passager du vol. Il a écourté un voyage d'affaires, et appliquera le principe de précaution. "Je n'ai aucun symptôme, j'ai de la chance, mais on ne sait pas. Comme il y a 14 jours d'incubation, on ne sait pas si je suis peut être porteur", explique-t-il. Sa fille est enceinte, il va aussi retrouver ses petits-enfants. "Je vais téléphoner au 15 parce que je ne veux pas attendre d'avoir les symptômes pour le faire", indique Pierre.

À leur arrivée en France, les passagers ont rempli un questionnaire leur demandant d'indiquer leur nom, prénom, adresse, numéro de téléphone, adresse e-mail, "au cas où, j'imagine", répond Pierre. Air France a en tout cas suspendu ses trois liaisons hebdomadaires avec Wuhan jusqu'à nouvel ordre.

Reportage à l'arrivée des passagers en provenance de Wuhan de Benjamin Illy
--'--
--'--