Hôpital : les soignants sont épuisés

Les soignants sont très fatigués et il n'y a pas de lit en réserve. Ils ont appelé à la grève pour réclamer des embauches, d'autant que le mois de mars a laissé des traces sur le front du coronavirus

28 000, c'est le nombre d'infirmiers qui ont été invités à travailler alors qu'ils avaient été testés positifs à la Covid-19. Un chiffre fourni par l'ordre national des infirmiers qui a réalisé une étude début octobre. Mais la fatigue du personnel soignant s'explique aussi par le manque de vacances. Un infirmier sur cinq n'en a pas pris depuis le début de l'épidémie, soit le mois de mars. Le Premier ministre Jean Castex a précisé que des indemnités compensatrices seraient données pour ceux qui renonceraient aux congés de la Toussaint. Chez les infirmiers, on est au bord du burnout. Avant le coronavirus, 33 % étaient au bord de l'épuisement professionnel, aujourd'hui, ils sont plus de 57 %.

Le personnel attend des mesures

"On a toujours ce sentiment de pouvoir faire plus, mais aussi de ne plus avoir l'état physique et physique pour le faire. On craque. Il faut faire quelque chose", avoue un médecin lillois (Nord). Les médecins ne voient pas les effets su Ségur de la Santé et n'y ont vu aucun signe dans l'allocution d'Emmanuel Macron. Jean Castex a promis deux hausses de salaire. La deuxième pourrait être versée avant la fin de l'année mais rien de concret sur les effectifs et la hausse de matériel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une soignante travaille dans une unité de réanimation à l\'hôpital Emile Muller de Mulhouse, le 17 avril 2020 (photo d\'illustration).
Une soignante travaille dans une unité de réanimation à l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, le 17 avril 2020 (photo d'illustration). (PATRICK HERTZOG / AFP)