États-Unis : la guerre des masques a commencé

Aux États-Unis, l'épidémie continue de faire des ravages et la barre des 100 000 morts approche. Symbole d'une unité fragile dans le pays : le masque. Les Américains sont plus que divisés sur la question.

Sur des pancartes de manifestants, le masque est un objet liberticide. Un peu plus loin, des gens veulent le faire enlever à un journaliste américain. "Pour moi c'est du communisme, c'est à nous de décider ce que l'on fait avec notre corps", lance un homme. Aux portes d'un magasin, une bataille se joue autour du masque. Une femme veut enter sans masque, mais on l'y empêche : "Madame, vous devez partir". Une insulte, une gifle et c'est la bagarre générale. Même scène devant un supermarché de Miami (Floride). Un client s'est fait refuser l'entrée. Il invoque alors la violation de ses droits constitutionnels et droits civiques.

Un agent de sécurité abattu

Un employé de magasin est lui devenu le héros des artisans du masque. Sur une vidéo, il demande à un client d'en porter. Réponse du client : "Je suis libre". L'employé lui prend alors son caddie et lui demande de partir. Dans le Michigan, un agent de sécurité a été abattu par un client mécontent de l'obligation du port du masque. Dans un restaurant, une femme est délogée de sa place alors que c'est interdit et vient tousser à la figure du patron en partant. Scène semblable dans les bureaux de poste. Les anti-masques sont souvent des partisans de Donald Trump, qui refuse lui-même de le mettre. Les autorités sanitaires ont mis en garde : le masque, principale barrière contre le Covid-19, ne doit pas devenir un enjeu politique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président Donald Trump lors de la visite d\'une usine Ford, le 21 mai 2020 à Ypsilanti, dans l\'Etat du Michigan (Etats-Unis).
Le président Donald Trump lors de la visite d'une usine Ford, le 21 mai 2020 à Ypsilanti, dans l'Etat du Michigan (Etats-Unis). (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)